Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Samy Gemayel : "Au Liban, le Hezbollah dicte au gouvernement sa politique étrangère"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Lulendo, maître des rythmes de la forêt

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Allemagne : l'apprentissage de la langue, clé de l'intégration

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Panne et pagaille à l'aéroport d'Atlanta

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les sommets de la honte"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Guy Verhofstadt : "L'avenir de nos régions ne se trouve pas dans le séparatisme"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dimitris Avramopoulos : "L'Union européenne fait son devoir moral et légal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

Préavis de grève mercredi à France Télévisions "pour l'honneur du service public"

© AFP/Archives | Le siège de France Télévisions à Paris, le 9 mai 2015

PARIS (AFP) - 

Les syndicats CGT, FO et SNJ de France Télévisions ont déposé un préavis de grève de 24 heures pour mercredi 13 décembre, "contre la situation dramatique que les salariés risquent d'affronter" et "pour l'honneur du service public", selon un communiqué.

"Au prétexte d'économies à réaliser, l'État et la présidence de France Télévisions préparent une asphyxie de l'entreprise, ainsi qu'un démantèlement partiel", déplorent les organisations syndicales.

Les syndicats dénoncent également "la stratégie de dénigrement de France Télévisions assumée par le chef de l'État en personne".

Des propos tenus par Emmanuel Macron devant des députés de la commission des Affaires culturelles lundi soir et rapportés par L'Express ont fait polémique.

Selon L'Express, le président aurait notamment dit que l'audiovisuel était "la honte de la République", une formule démentie formellement par l'Elysée et par des élus LREM, qui ont toutefois reconnu qu'Emmanuel Macron avait fait "un constat sévère" sur "la gouvernance" de l'audiovisuel public.

"Le Contrat d'objectifs et de moyens signé entre l'État et la direction de l'entreprise prévoit déjà la suppression de 500 postes d'ici à 2020, dont 180 en 2018. Le gouvernement, dans le cadre du budget 2018, exige davantage et veut amputer les ressources de l'audiovisuel public de 80 millions d'euros, dont 50 millions pour France Télévisions", rappellent les syndicats.

"Les mesures d'économies envisagées rendent l'entreprise FTV, déjà sous haute tension, ingérable. (...) les salariés n'acceptent plus de servir de variable d'ajustement", poursuivent-ils.

"Pour dénoncer cet état de fait et exiger de l'actionnaire et de la direction de l'entreprise l'arrêt immédiat de ce plan de destruction méthodique de notre entreprise de service public, les syndicats appellent à une première journée de mobilisation le 13 décembre 2017, jour du CCE de France Télévisions, à compter de minuit pour une durée de 24H", annoncent-ils.

La Société des journalistes (SDJ) de France 2 a parallèlement appelé les rédactions nationales du groupe (France 2 et 3, franceinfo et franceinfo.fr) à une assemblée générale commune lundi 11 décembre à 15 heures.

"Notre objectif: préserver une information de service public, en toute indépendance. L'info de bonne qualité nécessite du temps, de l'investissement, des moyens humains", a tweeté la SDJ, qui organisera le lendemain, mardi 12 décembre, le vote sur la confiance accordée -ou non- à la présidente de France Télévisions Delphine Ernotte.

Parallèlement aux économies que doit réaliser le groupe en 2018, le gouvernement souhaite mener une réforme en profondeur de l'audiovisuel public, dans le cadre de CAP 22, un comité chargé de proposer des "réformes structurelles et des économies significatives et durables" dans l'ensemble du service public.

Les patrons de France Télé, Radio France, France Médias Monde, Arte et l'Ina ont préparé une proposition commune qui devait être transmise cette semaine au gouvernement.

© 2017 AFP