Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Vélib': accord sur le reclassement des salariés

© AFP/Archives | Des employés de Cyclocity, filiale de JCDecaux qui gère le "Vélib", devant l'Hôtel de Ville de Paris, le 4 avril 2017

PARIS (AFP) - 

Les salariés de Cyclocity, filiale de JCDecaux chargée du dispositif de vélo en partage Vélib' qui sera remplacé dès janvier par Smovengo, vont pouvoir bénéficier d'un reclassement aux mêmes conditions contractuelles chez le repreneur.

Les deux opérateurs ont indiqué dans la nuit de mercredi à jeudi avoir signé un accord proposant aux salariés de conserver leur emploi dédié à Vélib' dans des conditions de travail et salaires comparables à celles dont ils bénéficiaient.

"Le dispositif de reclassement externe sera présenté dès cette semaine aux salariés de Cyclocity pour des embauches prévues à partir de mi-décembre", ont indiqué les deux entreprises dans des communiqués séparés.

"Les salariés qui ne souhaiteraient pas poursuivre cette activité bénéficieront d'un PSE" (Plan de Sauvegarde de l'Emploi) dont les conditions, ont en cours de validation, précise JCDecaux dans son communiqué.

Des salariés de Cyclocity avaient fait grève en novembre pour protester contre une décision de justice rejetant leur demande de transfert de contrats de travail aux mêmes conditions de salaires et d'avantages chez Smovengo.

En avril 2017, Smovengo a remporté l?appel d'offres pour le marché des vélos en libre-service de Paris et de la métropole du Grand Paris.

Au-delà des "300 emplois directs liés à l?exploitation du service, ce sont plus de 150 emplois indirects qui sont créés partout en France par les entreprises qui participent à la fabrication et à l'assemblage des équipements (stations, vélos électriques et mécaniques)", souligne Smovengo.

Le passage de témoin doit se faire au 1er janvier, avec des stations étant déjà en cours de désinstallation quand l'installation des nouvelles prendra quelques mois en 2018.

© 2017 AFP