Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Wall Street, scrutant Washington, prudente à l'ouverture

© AFP | Wall Street prudente à l'ouverture

NEW YORK (AFP) - 

La Bourse de New York a débuté la séance en ordre dispersé jeudi, les investisseurs surveillant à Washington les négociations sur la réforme fiscale et sur le budget de l'Etat fédéral: le Dow Jones était quasiment stable et le Nasdaq prenait 0,16%.

Vers 14H40 GMT, le Dow Jones Industrial Average, l'indice vedette de Wall Street, grappillait 0,08 point à 24.140,99 points, après avoir démarré dans le rouge.

Le Nasdaq, à dominante technologique, prenait 10,80 points à 6.787,17 points.

L'indice élargi S&P 500 était aussi près de l'équilibre, lâchant 0,10 point à 2.629,17 points.

Indécise depuis le début de la semaine, Wall Street avait déjà fini sans direction franche mercredi, hésitant notamment entre les secteurs de l'énergie et de la technologie: le Dow Jones avait perdu 0,16% tandis que le Nasdaq avait gagné 0,21%.

"Avec la réforme fiscale en cours de négociations entre la Chambre des représentants et le Sénat, et le spectre d'une fermeture des administrations fédérales si un accord n'est pas obtenu avant vendredi à minuit, il n'est pas étonnant de voir les participants au marché réfréner un peu l'enthousiasme qui les habitait il y a encore une semaine", a commenté Patrick O'Hare de Briefing.

L'Etat fédéral n'est en effet financé que jusqu'à vendredi soir et si le Congrès n'adopte pas une nouvelle loi de financement avant cette date, ses fonctionnaires jugés non essentiels devront rester chez eux. Cela s'est produit pour la dernière fois en 2013 à cause d'un bras de fer entre les républicains et l'ancien président Barack Obama.

Quant à la réforme fiscale, "atteindre un compromis entre les deux assemblées ne sera pas facile car il y a encore des différences importantes entre les deux versions qui doivent être aplanies", a souligné Hayden Adams de Charles Schwab.

Les investisseurs attendent aussi la diffusion vendredi du toujours très scruté rapport mensuel officiel sur le marché du travail américain, considéré comme une jauge importante de la santé de l'économie du pays.

Les chiffres diffusés jeudi sur l'emploi étaient à cet égard plutôt encourageants: les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis ont très légèrement baissé, contredisant les prévisions des analystes.

Le marché obligataire montait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,327%, contre 2,339% mardi soir et celui des bons à 30 ans à 2,704%, contre 2,730% la veille.

© 2017 AFP