Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Grève générale au Bénin, mouvement contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

Moyen-Orient

Le Premier ministre irakien Abadi annonce que l'Irak est "libéré" de l'organisation État islamique

© AFP | Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi tenait une conférence à Bagdad, samedi 9 décembre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/12/2017

L'Irak est désormais "totalement libéré" de la présence sur son territoire de l'organisation État islamique, a annoncé, samedi, le Premier ministre Haïdar al-Abadi. L'EI s'était emparé du tiers du pays en 2014 lors d'une offensive éclair.

Le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi a annoncé, samedi 9 décembre, "la fin de la guerre" menée depuis trois ans par les forces gouvernementales contre l'organisation État islamique (EI) en Irak.

"Nos forces contrôlent complètement la frontière irako-syrienne et j'annonce donc la fin de la guerre contre Daech [acronyme en arabe de l'EI]", a-t-il déclaré à l'ouverture d'une conférence organisée par le syndicat irakien des journalistes à Bagdad.

"Notre ennemi voulait tuer notre civilisation mais nous avons gagné grâce à notre unité et notre détermination. Nous les avons vaincus en peu de temps", a-t-il ajouté.

L'EI s'était emparé du tiers du pays en 2014 lors d'une offensive éclair et, en prenant le contrôle d'un territoire aussi vaste que l'Italie, à cheval sur la Syrie et l'Irak, avait proclamé un "califat" avec ses deux capitales Mossoul en Irak et Raqqa en Syrie.

L'EI garde une capacité de nuisance

Cependant, selon les experts, l'EI garde une capacité de nuisance et peut encore faire couler le sang en retournant à la clandestinité et en menant des attentats.

Cyril Payen : "Il y a dans les grandes villes d'Irak des cellules dormantes prêtes à frapper"

C'est ce que confirme l'envoyé spécial de France 24 à Bagdad, Cyril Payen. "Si les combats d’ampleur ont cessé, il existe encore des petites poches de résistance de membres isolés du groupe État islamique. Ici même, à Bagdad, et dans l’ensemble des grandes villes irakiennes, des cellules dormantes sont prêtes à frapper. On rapporte depuis quelques jours des assassinats ciblés, notamment sur des soldats des forces spéciales irakiennes ayant participé aux combats contre l'EI."

Par ailleurs, le groupe terroriste est toujours présent dans le Wadi Houran, une vallée d'Irak située dans la province occidentale d'Al-Anbar. Dans ce relief accidenté – avec des gorges pouvant atteindre 200 m de profondeur –, l’EI a établi des caches et dispose de dépôts d'armes.

Avec AFP

Première publication : 09/12/2017

  • SYRIE

    Moscou assure que la Syrie est "totalement libérée" du groupe État islamique

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Irak : Emmanuel Macron appelle à l'ouverture du dialogue entre Bagdad et les Kurdes

    En savoir plus

  • SYRIE-IRAK

    La "fin de l'EI" en Syrie et en Irak annoncée depuis Téhéran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)