Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Monsieur le président, traitez les migrants humainement !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tribune sur la "liberté d'importuner" : Catherine Deneuve précise sa pensée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : non-lieu pour les soldats français soupçonnés

En savoir plus

LE DÉBAT

Révolutions arabes : que reste-t-il du vent de liberté ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Révolutions arabes : que reste-t-il du vent de liberté ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Mexique : le trafic de médicaments, un nouveau fléau florissant

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sandra Nkaké, une artiste inclassable de retour avec un nouvel album

En savoir plus

FRANCE

Corse : les nationalistes triomphent aux élections territoriales

© Pascal Pochard-Casabianca / AFP | Le leader de la coalition nationaliste Pè a Corsica Gilles Simeoni fête sa victoire à Bastia, le 10 décembre 2017.

Vidéo par FRANCE 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/12/2017

Avec 56,5 % des suffrages, la coalition nationaliste Pè a Corsica a largement remporté dimanche le second tour des élections territoriales en Corse.

La coalition nationaliste Pè a Corsica (Pour la Corse) a largement remporté, dimanche 10 décembre, le second tour des élections territoriales en Corse, avec 56,5 % des suffrages exprimés, quasiment 40 points devant son premier poursuivant, la liste régionaliste de droite de Jean-Martin Mondoloni (18,29 %).

"Paris a aujourd'hui à prendre la mesure de ce qui se passe en Corse", a réagi la tête de la liste Pè a Corsica, Gilles Simeoni : "La balle est dans notre camp pour ce qui relève des compétences de la Corse et de la responsabilité qui est la nôtre pour construire ce pays".

Le Premier ministre Édouard Philippe a appelé Gilles Simeoni, et s'est dit prêt à le recevoir à Paris, a indiqué Matignon peu avant 23 heures.

Selon ces résultats définitifs diffusés par la préfecture de Corse, l'abstention à ce scrutin s'établit à 47,4 %. Derrière Jean-Martin Mondoloni, la liste LREM menée par Jean-Charles Orsucci obtient 12,67 % des suffrages, et celle de Valérie Bozzi, soutenue par LR, 12,57 %.

Avant même la proclamation officielle des résultats, les sympathisants nationalistes ont porté en triomphe sur leurs épaules Gilles Simeoni et son allié indépendantiste Jean-Guy Talamoni, venus assister au dépouillement à la mairie de Bastia.

>> À lire sur France 24 : "Et si la Catalogne influençait d'autres indépendantistes européens ?"

Le scrutin va donner naissance, en janvier, à une Collectivité territoriale unique, une première en France métropolitaine, à la place des deux conseils départementaux et de la Collectivité territoriale (région). Ses 63 élus n'auront qu'un mandat de trois ans et demi, jusqu'en 2021, date des prochaines élections régionales.

Avec AFP

Première publication : 10/12/2017

  • FRANCE

    Corse : l’indépendance n’est pas à l’ordre du jour mais...

    En savoir plus

  • FRANCE

    Raz-de-marée nationaliste aux élections territoriales en Corse

    En savoir plus

  • CORSE

    Corse : des manifestants réclament la démolition des villas de Pierre Ferracci

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)