Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

FRANCE

Salmonelle : retrait massif de laits infantiles fabriqués par Lactalis

© Damien Meyer, AFP | Usine de lait infantile de Lactalis à Craon, en Mayenne.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/12/2017

Plus de 600 lots de laits infantiles du groupe laitier Lactalis vont être retirés du marché par Bercy, en raison d'un risque de contamination par des salmonelles. Vingt-cinq bébés ont déjà été touchés après avoir consommé ces produits.

Le gouvernement français a annoncé, dimanche 10 décembre, un retrait massif de laits infantiles fabriqués par le groupe Lactalis, destinés à l'Hexagone et à des marchés étrangers, en raison d'un risque de contamination par des salmonelles.

Alors que Lactalis avait déjà rappelé douze références de laits infantiles fabriqués dans son usine de Craon (Mayenne) le 2 décembre, le ministère de l'Économie et des Finances a publié, dimanche, une liste de plus de 600 lots qui sont rappelés, interdits à la consommation et à l'exportation.

Les quantités concernées sont "énormes", a reconnu un porte-parole de Lactalis, qui se présente comme "leader mondial des produits laitiers".

Bercy explique dans son communiqué que les mesures prises par le groupe depuis le 2 décembre ne sont "pas de nature à maîtriser le risque de contamination" par ces bactéries. En effet, cinq nouveaux cas de salmonellose ont été déclarés chez des nourrissons cette semaine, alors qu'un précédent rappel le 2 décembre avait été ordonné, après la contamination par des salmonelles de 20 bébés âgés de moins de 6 mois. "Ces enfants vont bien", a rassuré Bercy.

>> À voir : Agriculture : face à la crise, quelles solutions ?

Maladie potentiellement grave

Les salmonelloses sont des intoxications alimentaires allant de la gastroentérite bénigne à des infections plus graves. Elles sont potentiellement plus dangereuses pour les jeunes enfants, les personnes âgées ou celles dont le système immunitaire est affaibli.

Le porte-parole de Lactalis a parlé d'une "cause probable de contamination survenue sur l'une des tours de séchage [de l'usine de Craon] dans la période du 1er au 6 mai". "Par précaution, il a été décidé de procéder à un rappel plus large de l'ensemble des produits fabriqués depuis le 15 février", a-t-il ajouté.

Le ministère a demandé aux parents, "dans la mesure du possible, de ne pas (...) utiliser" les produits concernés par les nouvelles mesures de retrait et rappel, essentiellement vendus sous les marques Milumel et Picot, mais aussi Carrefour. La liste des lots concernés est disponible sur le site du ministère de la Santé, www.solidarites-sante.gouv.fr.

En cas de symptômes d'infection (diarrhée éventuellement accompagnée de fièvre), les parents sont invités à contacter un médecin dans les meilleurs délais. "En attendant, un soluté de réhydratation, disponible en pharmacie, pourra être donné à l'enfant pour éviter une déshydratation", a expliqué le ministère.

Avec AFP

Première publication : 10/12/2017

  • ENVIRONNEMENT

    États-Unis : les effets dévastateurs du dicamba, le dernier pesticide de Monsanto

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Monsanto connaissait le danger du PCB mais a continué à le vendre

    En savoir plus

  • FRANCE

    Crise du lait : les producteurs et Lactalis se mettent d'accord sur le prix

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)