Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Affaire Benalla : l'Élysée au coeur de la tempête

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bianca Jagger : "Ortega a trahi la révolution sandiniste" au Nicaragua

En savoir plus

LE DÉBAT

Turquie : quelles libertés après l'état d'urgence ?

En savoir plus

POLITIQUE

Soupçons d'Ingérence russe : l'étrange volte-face de Donald Trump

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Pascal Pavageau : "Vous ne pouvez pas avoir raison tout seul, tout le temps"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Donald Trump : la volte-face

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Ant-man et la Guêpe" : un Marvel au féminin

En savoir plus

FOCUS

Espagne : dans l'enfer des exploitations de fraises

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ortega Basta"

En savoir plus

Sports

Ligue des champions : tirage au sort risqué pour le PSG

© Franck Fife, AFP | Le PSG compte sur sa star Neymar pour enfin passer le stade des quarts de finale en Ligue des champions.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/12/2017

Et si le PSG n'avait pas réalisé une si bonne opération que cela en terminant premier de son groupe ? Le Real Madrid et Chelsea font en effet partie de ses adversaires potentiels en huitième de finale, dont le tirage au sort a lieu lundi midi.

Le Real Madrid déjà au menu du PSG en Ligue des champions ? Au vu des épouvantails présents dans le deuxième chapeau, la probabilité de voir le club français tomber, lundi 11 décembre, lors du tirage au sort (à midi), sur un adversaire compliqué en huitième de finale est loin d'être négligeable.

En cas de tirage favorable à Nyon, à l'image de Séville, Bâle, du Shakhtar Donetsk ou du FC Porto, quatre équipes à leur portée sur le papier, les dirigeants qataris pourront savourer le beau parcours réalisé en phase de groupe, tout juste entaché de la défaite à Munich (3-1).

Mais avec la présence de candidats déclarés au titre dans le chapeau 2, le dernier représentant français en C1 peut malgré tout connaître la même mésaventure que l'an dernier en tirant, dès les huitièmes de finale, un adversaire du calibre du FC Barcelone.

"Comme deuxième, il y a de grandes équipes, il y a la Juve, le Real Madrid, Chelsea... Les autres sont forts aussi. On va respecter tout le monde mais aussi croire en nous. Si on tombe contre le Real, il faudra faire le match parfait à 200 %", a résumé le Parisien Marco Verratti, samedi, après la victoire contre Lille (3-1).

Chelsea, adversaire le plus probable

L'Italien a raison. S'il y a un épouvantail dans le deuxième chapeau, c'est bien le Real de Zidane et Cristiano Ronaldo. Doubles tenants du titre, les Madrilènes, mal en point en Liga mais toujours redoutables en C1, visent un triplé historique.

Dans le sillage d'un "CR7" devenu le premier joueur à marquer lors des six matches de poules d'une édition de Ligue des champions, et toujours aussi vorace malgré le gain d'un 5e Ballon d'Or, les Merengue risquent d'offrir un visage plus conforme à leur niveau lors de la deuxième partie de saison.

Si la Juventus Turin de Blaise Matuidi, finaliste malheureuse des éditions 2015 et 2017, apparaît naturellement comme l'autre gros morceau à éviter, c'est Chelsea qui fait figure de tirage le plus probable au niveau statistique.

Les Blues, qui ne peuvent affronter ni les autres clubs anglais (Tottenham, Manchester City, Manchester United, Liverpool), ni l'AS Rome, n'auront que trois adversaires possibles : le Barça, Besiktas et... le PSG, qu'ils ont déjà croisé trois fois lors des quatre dernières éditions.

Au-delà de renforcer de possibles retrouvailles avec le club anglais, la règle stipulant qu'aucune équipe ne peut affronter une autre formation issue du même championnat ou de son groupe permet quand même à Paris d'éviter le Bayern Munich.

"C'est la Ligue des champions, grand match, grand rendez-vous"

"Pas de préférence, on verra. On sait que si on veut aller le plus loin possible, il faudra en passer par toutes les équipes. C'est la Ligue des champions, grand match, grand rendez-vous... Il faudra être présent, c'est tout", a estimé le gardien Alphonse Aréola.

"Nous sommes prêts, et avec les informations de notre match de Munich, nous serons encore plus prêts. Je suis sûr que l'équipe va arriver très forte (en huitième de finale), c'est pour ça que l'équipe que nous affronterons, ce ne sera pas différent. Je veux n'importe quelle équipe", a renchéri l'entraîneur Unai Emery.

Le coach parisien, fragilisé par deux défaites de rang avant de glaner le titre honorifique de champion d'automne en Ligue 1, sait que son équipe possède malgré tout de solides arguments cette saison pour ne plus revivre l'épisode de la "remontada" barcelonaise.

"Nous avons fini la phase de poule de Ligue des champions à la première place, c'est un très bon résultat, et notre équipe a inscrit le record de buts en phase de poule [25 en six matches]", a-t-il notamment souligné samedi.

Avec les recrutements "galactiques" cet été de Neymar et Kylian Mbappé pour plus de 400 millions d'euros (bonus compris), les Parisiens disposent même dorénavant d'un arsenal offensif censé les faire enfin passer le cap des quarts de finale. Suffisant pour faire peur au Real et consorts ?

Avec AFP

Première publication : 11/12/2017

  • FOOTBALL

    Ligue des champions : le Bayern inflige une leçon de réalisme au PSG

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Face au Bayern Munich, le PSG veut remettre les pendules à l'heure

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Gros coup de froid pour le PSG à Strasbourg

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)