Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Grève générale au Bénin, mouvement contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

Un journaliste français détenu au Cachemire indien

© AFP/Archives | Le journaliste français Paul Comiti, le 10 octobre 2009 à Bayeux, dans le Calvados

SRINAGAR (INDE) (AFP) - 

Un journaliste français a indiqué lundi se trouver en détention provisoire au Cachemire indien, où il a été interpellé ce week-end lors de repérages pour un film sur la situation sécuritaire dans cette région poudrière.

Le documentariste Paul Comiti, 47 ans, a été placé en garde à vue samedi en fin d'après-midi à Srinagar, capitale d'été de l'État indien du Jammu-et-Cachemire. Il avait été convoqué au commissariat après avoir assisté à une manifestation contre les violations des droits de l'homme par les forces de sécurité indiennes.

"Cela fait 48 heures que je suis détenu au poste de police de Kothi Bagh à Srinagar", a déclaré M. Comiti, joint au téléphone par l'AFP lundi matin.

Contactée par l'AFP, la police locale a indiqué le détenir pour une violation de la règle des visas. Le documentariste avait un visa "affaires" (et non "journaliste"), qui mentionnait toutefois sa qualité de producteur. Il attendait pour commencer à filmer des autorisations de tournages, demandées aux autorités il y a plus de deux mois.

Employé de l'agence Tony Comiti, le fils du célèbre producteur se trouvait depuis deux semaines dans la vallée du Cachemire - sous administration indienne mais revendiquée par le Pakistan - pour rencontrer des interlocuteurs en vue de la réalisation de documentaires pour la télévision française.

Les services de renseignements "étaient très nerveux. Ils me suivaient lourdement depuis quelques jours", a indiqué Paul Comiti.

Le journaliste français s'est entretenu aussi bien avec des responsables militaires que des figures séparatistes ou des avocats des droits de l'homme. Il avait notamment demandé aux autorités indiennes à pouvoir filmer la vie d'une unité de l'armée indienne.

Jointe par l'AFP, l'ambassade de France à New Delhi a indiqué être en contact avec le documentariste.

Depuis la Partition de 1947, les puissances nucléaires indienne et pakistanaise se disputent le contrôle de la région montagneuse du Cachemire, un conflit dont découle une insurrection séparatiste dans la partie sous contrôle de New Delhi.

© 2017 AFP