Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Vaudeville sino-américano-britannique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Natalité: vers la fin de "l'exception française?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Grève générale au Bénin, mouvement contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

Tirage des 16e de l'Europa League: casse-tête en perspective pour les clubs français

© AFP/Archives | Le capitaine de Lyon Nabil Fekir contre l'Atalanta Bergame en Europa League, le 7 décembre 2017 à Reggio Emili

PARIS (AFP) - 

Incapables de terminer premier de leurs groupes respectifs, Lyon, Marseille et Nice ont de grandes chances de tomber sur un favori au titre en 16es de finale de l'Europa League, lors du tirage au sort prévu lundi (13h00) à Nyon (Suisse).

Eviter des adversaires du calibre de l'Atlético Madrid, double finaliste de la Ligue des champions (2014, 2016), d'Arsenal, seul club de la puissante Premier League encore en lice, ou du Milan AC, à la recherche de son glorieux passé européen malgré un équilibre financier précaire, serait une bonne nouvelle pour les trois représentants français.

Mais pour que Lyon, demi-finaliste la saison dernière mais incapable de finir premier de sa poule devant l'Atalanta Bergame, parvienne à réaliser son rêve d'une qualification en finale prévue dans son stade le 16 mai prochain, il faudra sensiblement élever le niveau.

Car entre les équipes reversés de la C1 comme le Sporting, Leipzig ou le CSKA Moscou, les spécialistes de la C3 comme l'Athletic Bilbao, Villarreal ou Braga, ou encore les possibles longs déplacements chez le Dynamo Kiev ou le Lokomotiv Moscou, il n'y a presque que des tirages compliqués en perspective.

Un choc contre le Zenit Saint-Petersbourg, qui l'avait privé d'un beau parcours en 2008, ou la Lazio Rome, qui lui a infligé l'une de ses pires défaites de son histoire européenne (5-1, en 1999), réveillerait de mauvais souvenirs du côté de l'OM.

A contrario, le Viktoria Plze? (CZE) semble être sur le papier l'adversaire le plus à la portée des trois clubs tricolores, qui auront tous le désavantage de jouer leur match retour à l'extérieur en tant que 2e de groupe.

Puisque les équipes du même groupe ou du même championnat ne peuvent se rencontrer, un duel franco-français à ce stade n'est pas possible.

Equipes en lice pour les 16es de finale de l'Europa League (aller le 15 février, retour les 6/7 et 13/14 mars):

Chapeau 1

AC Milan (ITA), Arsenal (ENG), Atalanta Bergame (ITA), Bilbao (ESP), Atlético Madrid (ESP), Braga (POR), CSKA Moscou (RUS), Dynamo Kiev (UKR), Lazio (ITA), Leipzig (GER), Lokomotiv Moscou (RUS), Plze? (CZE), Salzbourg (AUT), Sporting CP (POR), Villarreal (ESP), Zenit Saint-Petersbourg (RUS)

Chapeau 2

AEK Athènes (GRE), Astana (KAZ), Celtic Glasgow (SCO), Etoile Rouge (SRB), Dortmund (GER), Steaua Bucarest (ROU), FC Copenhague (DEN), Ludogorets (BUL), Lyon (FRA), Marseille (FRA), Naples (ITA), Nice (FRA), Östersund (SWE), Partizan Belgrade (SRB), Real Sociedad (ESP), Spartak Moscou (RUS)

NDLR: Suite à une décision prise par le comité exécutif de l'UEFA, les équipes russes et ukrainiennes ne peuvent s'affronter à ce stade de la compétition.

© 2017 AFP