Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Afrique

Égypte : une chanteuse condamnée à deux ans de prison pour un clip jugé "moralement indécent"

© Facebook

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/12/2017

Un tribunal du Caire a condamné mardi une jeune chanteuse égyptienne à deux ans de prison pour "incitation à la débauche" après son apparition dans un clip. La liberté d'expression est largement réprimée depuis l'arrivée au pouvoir de Sissi.

Deux ans de prison pour une chanson. La chanteuse Shyma, 21 ans, a été condamnée par la justice égyptienne, mardi 12 décembre, pour son apparition jugée particulièrement suggestive dans le clip de sa chanson "Andy Zoroof" ("J'ai des problèmes"). Sur les images, elle multiplie les postures lascives avec une pomme, ou encore une banane, dans ce qui s'apparente à une salle de classe.

>> À lire aussi : Emprisonnement du photojournaliste Shawkan : le "silence complice" de la France face à l'Égypte

"La chanteuse Shyma donne une leçon de dépravation aux jeunes", avait dénoncé le journal égyptien Youm7. La peine a été assortie d'une amende de 10 000 livres égyptiennes (480 euros). Le réalisateur du clip Mohamed Gamal a écopé de la même peine, selon la même source. Ils peuvent tous les deux interjeter appel.

"Je présente mes excuses"

Peu connue du grand public, l'artiste avait été arrêtée le 18 novembre après le dépôt de plaintes contre le clip de sa chanson. Dans une déclaration publiée sur sa page Facebook, Shyma avait assuré ne pas avoir anticipé ces réactions contre son clip. "Je présente mes excuses à tous ceux qui ont été dérangés par le clip et l'ont considéré indécent", avait-elle écrit.

Elle ajoutait ne pas "s'être imaginée que tout cela allait arriver" et qu'elle ferait "l'objet d'une attaque aussi virulente de la part de tout le monde".

>> À lire aussi : "Le président égyptien Sissi entame une visite officielle en France, des ONG interpellent Macron"

La répression se poursuit contres les artistes en Égypte, mais aussi les militants et journalistes. En 2015, un tribunal égyptien avait condamné à un an de prison une danseuse accusée d'"incitation à la débauche" pour un clip suggestif jugé indécent.

Avec AFP

Première publication : 13/12/2017

  • ÉGYPTE

    "Aucun activiste politique emprisonné", selon le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Droits de l'Homme en Égypte : Macron ne veut "pas donner de leçons" à Sissi

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le président égyptien Sissi entame une visite officielle en France, des ONG interpellent Macron

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)