Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Aux Etats-Unis, la réalité "sinistre" des enfants séparés de leurs parents sans-papiers

En savoir plus

L’invité du jour

Alexandre Mars : "Faire une société dans laquelle le don sera la norme"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Éthiopie : le barrage pharaonique construit sur le Nil

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Je pense, donc je foot"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fête de la musique : une fête qui résonne au-delà des frontières

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Nord-Sud : la place des femmes en question

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Josef Borrell : "Avec l'Aquarius, la réponse a été espagnole et non européenne"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Journée mondiale des réfugiés : l'Europe à l'heure d'une nouvelle polémique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Déception pour les équipes africaines au Mondial de football

En savoir plus

Asie - pacifique

Le président sud-coréen à Pékin pour mettre fin à la brouille avec la Chine

© Noel Celis, AFP | Le président sud-coréen, Moon Jae-in, lors du sommet Asean, le 13 novembre à Manille.

Vidéo par Pierre-Philippe BERSON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/12/2017

Quelques mois après son élection, le président sud-coréen Moon Jae-in effectue une visite en Chine, afin de tourner la page des tensions nées de l'installation d'un bouclier anti-missiles américain sur son sol.

Opération rabibochage. Depuis le mercredi 13 décembre, le nouveau président sud-coréen, Moon Jae-in, effectue sa première visite officielle à Pékin dans l'espoir de sceller une réconciliation avec la Chine. Cette dernière avait peu apprécié que Séoul fasse installer sur son territoire le système Thaad, un bouclier anti-missiles américain destiné à contrer la menace nord-coréenne.

Commerces et automobiles sud-coréens boycottés, touristes aux abonnés absents : le régime de Pékin a fait payer cher en début d'année cette décision considérée comme une atteinte à sa propre force de dissuasion.

Mais en novembre, les deux pays ont publié un communiqué commun dans lequel ils se sont engagés à remettre leur relation sur les rails. La Chine a depuis commencé à réautoriser les voyages en groupe en Corée du Sud. De son côté, Moon Jae-in, élu en mai 2017, s'est engagé à rétablir les liens avec Pékin, premier partenaire commercial de la Corée du Sud.

>> À lire : Moon Jae-in, un président partisan du dialogue avec la Corée du Nord

Durant sa visite, qui dure jusqu'à samedi, il sera reçu jeudi par le président Xi Jinping. La question du programme nucléaire et balistique nord-coréen devrait occuper une place centrale dans les discussions. Pékin a voté les dernières sanctions de l'ONU prises en réaction à un essai nucléaire nord-coréen le 3 septembre. Mais les États-Unis de Donald Trump appellent la Chine, qui assure les neuf dixièmes du commerce nord-coréen, à stopper totalement les livraisons de pétrole à son voisin.

Alors que Washington assure que toutes les options, y compris militaires, sont ouvertes contre Pyongyang, la Chine appelle régulièrement au dialogue et ne veut pas assister à l'effondrement du régime de Kim Jong-un. Pékin a proposé une suspension du programme nucléaire et de missiles nord-coréens en échange d'une suspension des manœuvres militaires conjointes entre les États-Unis et la Corée du Sud. Cette offre a été repoussée par Washington.

Avec AFP

Première publication : 14/12/2017

  • DÉFENSE

    La Corée du Sud et les États-Unis mènent des exercices militaires de grande ampleur

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La Corée du Nord a procédé à un nouveau tir de missile balistique

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Poursuivant un transfuge, un soldat nord-coréen franchit la frontière avec le Sud

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)