Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Grève générale au Bénin, mouvement contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

Des trafiquants mexicains produisent désormais leur fentanyl (ministre américain)

© AFP/Archives | Le ministre américain de la Justice Jeff Sessions, lors d'une conférence de presse à Washington le 14 décembre 2017

WASHINGTON (AFP) - 

Des trafiquants de stupéfiants mexicains ont commencé à installer leurs propres laboratoires de fabrication de fentanyl, un opiacé synthétique extrêmement puissant, a affirmé jeudi le ministre américain de la Justice.

"A l'origine, le fentanyl a commencé à arriver de Chine", a indiqué Jeff Sessions, au terme d'une rencontre bilatérale entre les Etats-Unis et le Mexique consacrée aux organisations criminelles transfrontalières.

"Une quantité considérable a été envoyée (de Chine) au Mexique puis est entrée (aux Etats-Unis) en passant la frontière depuis le Mexique d'une quelconque façon", a relevé M. Sessions.

Mais, désormais, "nous constatons aussi des prémices chimiques au Mexique et des laboratoires de fabrication ont commencé à se développer au Mexique. Par conséquent, l'une des priorités sur lesquelles je voudrais que nous nous concentrions est d'éradiquer ça dans l'oeuf, de rester très fortement mobilisés sur ces laboratoires et de nous assurer que cela ne devienne pas un problème important à l'avenir".

Le fentanyl, jusqu'à 50 fois plus puissant que l'héroïne et beaucoup moins cher à produire, est une cause croissante de décès aux Etats-Unis, avec environ 64.000 personnes ayant succombé dans le pays en 2016.

"Nous n'avons jamais eu des chiffres aussi élevés, ni quelque chose de cette ampleur", a souligné M. Sessions. Cette crise a été décrétée "urgence de santé publique" par le président Donald Trump fin octobre.

Washington a mis la pression sur la Chine pour qu'elle démantèle des laboratoires exportant du fentanyl, en utilisant plusieurs voies comme le service postal classique, vers les Etats-Unis.

© 2017 AFP