Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault : un nouveau pas de deux dans "Lorenzaccio"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce n'est pas le moment de fantasmer sur le dégel intercoréen"

En savoir plus

L’invité du jour

"La plupart du temps, les bibliothèques ne sont pas là où les gens ont le plus besoin d’elles"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grève chez Air France : l'arme du référendum

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Amical mais critique, Emmanuel Macron séduit le Congrès"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face au scandale, la présidente de la région de Madrid démissionne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions à Madagascar : l'opposition demande la destitution du président

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux États-Unis : le statu quo diplomatique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

Moyen-Orient

Yémen : Washington expose la "preuve" que l’Iran a fabriqué le missile tiré sur l’Arabie saoudite

© Capture d'écran France 24. | L'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley, devant ce qu'elle a présenté comme des débris d'un missile de fabrication iranienne, jeudi 14 décembre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/12/2017

L'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, a présenté jeudi ce qu'elle dit être des débris du missile tiré le 4 novembre par les rebelles yéménites houthis vers le sol saoudien, et intercepté en vol. L'Iran a aussitôt démenti.

Le missile tiré depuis le Yémen sur l'Arabie saoudite par des rebelles houthis le mois dernier a été "fabriqué en Iran", a déclaré jeudi 14 décembre l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, au cours d’une conférence de presse. Elle se tenait devant ce qu'elle a dit être des débris du missile, dans un hangar militaire de Washington. C'est la première fois que des pièces sont présentées comme étant de l'armement iranien fourni aux milices chiites houthies au Yémen.

"[Ce missile] a été fabriqué en Iran avant d'être envoyé à des rebelles Houthis au Yémen", a-t-elle expliqué avant d'ajouter : "Il a ensuite été tiré vers un aéroport civil, et aurait pu tuer des centaines de civils innocents en Arabie saoudite".

"Vous nous verrez construire une coalition pour véritablement repousser l'Iran (...)", a déclaré Nikki Haley lors de cette conférence de presse.

L'analyse de Sonia Dridi, correspondante de France 24 à Washington

L'Iran dément

L’Iran a aussitôt démenti et rejetté les preuves "fabriquées" par Washington. "Nous rejetons catégoriquement [cette accusation] comme infondée, irresponsable, provocatrice et destructive", indique ce communiqué de la mission iranienne à l'ONU. Ces "supposées preuves, diffusées publiquement aujourd'hui, sont autant fabriquées que d'autres présentées précédemment lors d'autres occasions", indique le communiqué.

Dans un récent rapport sur des tirs de missiles par les Houthis vers l'Arabie saoudite, l'ONU indique avoir inspecté des débris d'engins laissant penser qu'ils ont été fabriqués en Iran. L'ONU précise toutefois n'avoir pas été en mesure d'identifier le fournisseur des missiles ou les intermédiaires éventuels, et souligne poursuivre son travail d'enquête.

Avec AFP

Première publication : 14/12/2017

  • YÉMEN

    Yémen : l'ex-président Saleh tué par ses anciens alliés houtis

    En savoir plus

  • YEMEN

    Yémen : l'aide humanitaire arrive à Sanaa après un blocus de trois semaines

    En savoir plus

  • MOYEN-ORIENT

    Le prince héritier saoudien qualifie le guide suprême iranien de "nouvel Hitler"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)