Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Grève générale au Bénin, mouvement contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

Autriche: accord de gouvernement entre droite et extrême droite

© APA/AFP | Le conservateur Sebastian Kurz (D) serre la main du président du Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ), Heinz-Christian Strache, le 15 décembre 2017

VIENNE (AFP) - 

Le conservateur Sebastian Kurz et le Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ) ont annoncé vendredi avoir scellé un accord de coalition ouvrant les portes de la chancellerie au jeune dirigeant chrétien-démocrate et signant le retour de l'extrême droite au gouvernement.

"Nous sommes parvenus à un accord de gouvernement pour les cinq prochaines années", a annoncé M. Kurz, qui s'exprimait aux côtés du chef du FPÖ, Heinz-Christian Strache, à l'issue d'une dernière journée de négociations.

"Les électeurs nous ont donné le mandat clair de prendre en compte leurs préoccupations, notamment en matière de sécurité", a ajouté M. Strache.

L'investiture du nouveau gouvernement par le président de la République Alexander Van der Bellen est prévue lundi, après ratification formelle du pacte de coalition par les deux partis samedi.

Les négociations avaient été engagées à l'issue des législatives anticipées du 15 octobre remportées par le parti conservateur ÖVP.

Le FPÖ avait déjà gouverné avec les conservateurs de 2000 à 2007, une arrivée au pouvoir qui avait alors donné lieu à l'adoption durant quelques mois de sanctions européennes.

© 2017 AFP