Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Grève générale au Bénin, mouvement contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

Le trafic de pangolins, casse-tête pour les autorités

© AFP/Archives | Un pangolin dans une cage, à la suite d'une saisie des autorités indonésiennes, le 25 octobre 2017 à Pekanbaru

KUALA LUMPUR (AFP) - 

Les trafiquants de pangolins choisissent constamment de nouvelles routes pour échapper aux autorités, un casse-tête dans la lutte contre le commerce illégal du mammifère le plus victime de trafic au monde, indique une étude publiée vendredi.

Au moins 20 tonnes de pangolins sont saisies chaque année lors de trafics transfrontaliers, et les contrebandiers utilisent des dizaines de nouvelles routes pour ce commerce illégal, dans le but délibéré d'échapper à une interpellation, souligne l'étude réalisée par l'ONG Traffic (Wildlife Trade Monitoring Network) et l'Université d'Adélaïde en Australie.

Malgré l'interdiction du commerce de pangolin, animal protégé par la Convention sur le commerce des espèces sauvages menacées (Cites), les captures du petit mammifère aux écailles très prisées se multiplient dans les forêts d'Asie et d'Afrique. Le trafic est alimenté en particulier par la demande en Chine, où le pangolin est paré de nombreuses vertus curatives par la médecine traditionnelle.

Au moins 120 tonnes de pangolins, entiers ou des parties d'animal, ont été confisquées par les autorités de 2010 à 2015, période au cours de laquelle les saisies ont été analysées par les auteurs de l'étude. Pas moins de 27 nouvelles routes sont ouvertes chaque année pour le trafic de ces animaux, mettant en exergue la mobilité des contrebandiers.

"Cela illustre avec gravité les quantités phénoménales de pangolins victimes de trafics et la mobilité des trafiquants qui s'adaptent rapidement, probablement pour réagir aux initiatives des autorités", observent les auteurs.

L'étude a recensé 1.270 saisies transfrontalières de pangolins concernant 67 pays et territoires. La plupart du commerce illégal de pangolins s'effectue en Asie. La Chine est la destination la plus fréquente des grandes cargaisons contenant des écailles -- pourtant de la simple kératine, matière dont sont faits les ongles humains.

Une saisie record de pangolins a été effectuée en juillet en Chine avec la confiscation de près de 12 tonnes d'écailles dans un port de la ville de Shenzhen (sud).

Des cargaisons peu importantes contenant des parties de mammifère ont été acheminées aux Etats-Unis, mais les quantités étaient nettement moindres que celles qui transitent par l'Afrique ou l'Asie. L'Europe est considérée comme une importante zone de transit, selon l'étude.

© 2017 AFP