Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

Asie - pacifique

En Inde, Rahul Gandhi devient président du parti du Congrès

© Sam Panhaky, AFP | Rahul Gandhi salue la foule de ses supporters, le 9 octobre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/12/2017

Rahul Gandhi a pris samedi, en Inde, la tête du parti du Congrès. Sa désignation incarne l'arrivée aux responsabilités d'une nouvelle génération dans la saga de la dynastie politique des Gandhi.

Il était déjà fils, petit-fils et arrière-petit-fils de Premiers ministres indiens. À 47 ans, Rahul Gandhi a pris en Inde, samedi 16 décembre, la tête du parti du Congrès. Sa mère d'origine italienne Sonia occupait ce poste depuis 19 ans, un record pour cette formation fondée en 1885.

Cette désignation marque la mise en ordre de bataille du Congrès, actuellement dans l'opposition, à moins d'un an et demi des prochaines élections nationales. Ce parti y affrontera le rouleau compresseur des nationalistes hindous (BJP) du Premier ministre Narendra Modi, qui lui ont infligé une série d'humiliations électorales depuis 2014.

Né et élevé en vue de gouverner, Rahul Gandhi – qui a un jour comparé le pouvoir à un "poison" – aura la lourde tâche de redynamiser et de rajeunir un parti miné par la corruption et usé par sa longévité.

Héritier par défaut

Depuis ses débuts en politique en 2004, ses longs séjours à l'étranger, sa discrétion médiatique et son manque de charisme nourrissent les doutes sur ses ambitions politiques. De nombreux commentateurs se demandent s'il a les qualités et les instincts de tueur nécessaires pour diriger l'Inde.

Perçu comme un héritier par défaut et comme un dilettante, moins populaire que sa sœur Priyanka, Rahul Gandhi est même décrit dans un télégramme diplomatique américain de 2007 comme un homme "sans consistance".

Depuis la cuisante défaite aux législatives de 2014, qui ont vu l'accession au pouvoir du Gujarati Narendra Modi et du BJP, il semble cependant avoir pris du poil de la bête.

Avec AFP

Première publication : 16/12/2017

  • INDE

    À New Delhi, les autorités pulvérisent de l'eau pour réduire la pollution

    En savoir plus

  • INDE

    Au moins 20 morts dans une bousculade à Bombay

    En savoir plus

  • INDE

    Assassinat d'une journaliste indienne critique à l'encontre des nationalistes hindous

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)