Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Pitti Uomo, à Florence, le plus grand salon de mode masculine au monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Colin Firth : "Je ne travaillerai plus avec Woody Allen"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Un an de Trump à la Maison Blanche : quel bilan économique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, un an après"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États généraux de la bioéthique : le coup d'envoi est lancé

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les autorisations de coupe de bois suspendues après la tuerie en Casamance

En savoir plus

POLITIQUE

Notre-Dame-des-Landes : une décision moins risquée pour l’exécutif ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Après un an de Trump, "le progrès social est en panne aux États-Unis"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : sur le tapis rouge du dernier film de Spielberg, "Pentagon Papers"

En savoir plus

L'avocat d'"El Chapo" accusé d'avoir fait passer des messages pour son client

© AFP/Archives | Eduardo Balarezo, avocat du narcotrafiquant présumé Joaquin Guzman "El Chapo", à New York le 8 novembre 2017

NEW YORK (AFP) - 

L'avocat du narcotrafiquant présumé Joaquin Guzman "El Chapo", célèbre pour ses évasions lorsqu'il était détenu au Mexique, a démenti vendredi des accusations des procureurs américains selon lesquelles il aurait fait passer des messages, dont des menaces, de son client à de possibles témoins.

"Je n'ai passé aucun message de mon client à des tierces parties, point. Je n'ai certainement rien passé qui puisse être considéré même de loin comme une menace", a déclaré l'avocat, Eduardo Balarezo, dénonçant des "allégations dénuées de preuve".

"Ils essaient de ralentir la défense et de nous empêcher de faire notre travail", a-t-il ajouté.

Extradé aux Etats-Unis en janvier, "El Chapo", 60 ans, est accusé d'avoir dirigé le puissant cartel de Sinaloa, l'un des puissants que le continent ait jamais connu.

En raison de ses précédentes évasions, il est détenu dans des conditions d'isolement particulièrement sévères, avec des visites limitées, des conditions que ses avocats n'ont cessé de dénoncer.

Son procès devant le tribunal fédéral de Manhattan doit commencer le 16 avril. La polémique sur ces supposés messages, dont l'un au moins aurait été interprété comme une menace par son destinataire, intervient alors que l'accusation plaide pour retarder le processus d'identification des témoins susceptibles d'être appelés à la barre de ce procès, invoquant des "inquiétudes pour leur sécurité".

© 2017 AFP