Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron recadre un édutiant qui l'appelle "Manu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inondations en Côte d'Ivoire, au moins 18 morts à Abidjan

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe à l'épreuve

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

FRANCE

Les Pyrénées-Orientales en deuil dans après la collision mortelle entre un train et un bus scolaire

© Pascal Pavani, AFP | Des habitants de Saint-Féliu-d'Avall signent, le 15 décembre 2017, le livre d'or ouvert en hommage aux victimes de la collision.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/12/2017

Deux jours après la collision entre un bus de ramassage scolaire et un train, qui a provoqué la mort d'au moins cinq collégiens, le département des Pyrénées-Orientales est en deuil et attend des explications.

"C'est une catastrophe pour le village", a confié samedi 16 décembre le maire de Saint-Féliu-d'Avall. Dans cette commune des Pyrénées-Orientales, les décorations de Noël ont été enlevées et les drapeaux mis en berne. À Perpignan aussi, les illuminations ont été éteintes après le drame survenu jeudi à Millas.

Alan, Loïc, Ophélia, Yonas, Diogo, cinq élèves du collège de Millas, ont été dans la violente collision entre un train et un car de ramassage scolaire, peu après l'heure de sortie des classes. Dix-huit autres enfants, âgés de 11 à 17 ans, ont été blessés, dont neuf sont en urgence absolue, selon le dernier bilan de la préfecture.

Les investigations se poursuivaient samedi ainsi que les auditions, parmi les enfants et leurs familles, les passagers du train et les témoins de l'accident. Avec cette question cruciale : les barrières du passage à niveau étaient-elles ouvertes, comme l'a affirmé auprès de son employeur la conductrice du bus scolaire, blessée dans l'accident, ou étaient-elles fermées au moment de la traversée des voies ?

La SNCF s'est dite "choquée" de ces accusations qui n'ont "qu'un but polémique".

Cérémonie d'hommage et veillée de prières

Le procureur de la République de Marseille, qui s'est saisi de l'enquête pour "homicides et blessures involontaires", a déclaré que les 14 témoignages recueillis évoquent "très majoritairement" des barrières fermées.

Près de 200 personnes étaient réunies à midi samedi, devant l'Hôtel de ville de Perpignan, pour marquer une minute de silence en hommage aux victimes. Le Castillet, monument emblématique de la ville, sera symboliquement éteint samedi soir, ainsi qu'une partie des illuminations du cœur de ville.

À Saint-Féeliu, le village qui pleure "ses petitous", une veillée de prières sera présidée dimanche soir par l'évêque de Perpignan Mgr Norbert Turini en l'église Saint-André. Le matin, le curé de la paroisse dira une messe en mémoire des jeunes disparus.

Avec AFP

Première publication : 16/12/2017

  • FRANCE

    Collision entre un train et un bus scolaire à Millas : au moins cinq collégiens sont morts

    En savoir plus

  • FRANCE

    France : plusieurs enfants tués dans une collision entre un car scolaire et un train

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)