Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Colin Firth : "Je ne travaillerai plus avec Woody Allen"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Un an de Trump à la Maison Blanche : quel bilan économique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, un an après"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États généraux de la bioéthique : le coup d'envoi est lancé

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les autorisations de coupe de bois suspendues après la tuerie en Casamance

En savoir plus

POLITIQUE

Notre-Dame-des-Landes : une décision moins risquée pour l’exécutif ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Après un an de Trump, "le progrès social est en panne aux États-Unis"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : sur le tapis rouge du dernier film de Spielberg, "Pentagon Papers"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Péninsule coréenne : la diplomatie des Jeux olympiques fait "fondre la glace"

En savoir plus

Amériques

Le conservateur Sebastian Piñera de retour au pouvoir au Chili

© Claudio reyes, AFP. | Sebastian Piñera a obtenu 54,58 % des suffrages le dimanche 17 décembre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/12/2017

Le conservateur Sebastian Piñera va redevenir président du Chili, fonction qu'il a déjà occupée de 2010 à 2014, un retour au pouvoir qui illustre le basculement à droite de plusieurs pays d'Amérique latine ces dernières années.

Moins de quatre ans après la fin de son premier mandat, le conservateur Sebastian Piñera va redevenir président du Chili, un retour au pouvoir qui illustre le basculement à droite de plusieurs pays d'Amérique latine ces dernières années.

Cet homme d'affaires milliardaire de 68 ans, qui avait déjà occupé cette fonction de 2010 à 2014, a obtenu 54,58 % des suffrages au second tour du scrutin, dimanche 17 décembre, contre 45,42 % pour son adversaire de centre gauche, le sénateur et ancien journaliste Alejandro Guillier.

Cet écart marque aussi la pire défaite subie par la coalition de centre gauche, qui a dominé la vie politique chilienne depuis la fin de la dictature d'Augusto Pinochet.

Sebastian Piñera a en outre obtenu plus de voix que n'importe quel autre président depuis le rétablissement de la démocratie en 1990.

Tout au long de la campagne, il a su exploiter les divisions apparues à gauche et attirer l'électorat centriste avec ses promesses de baisses d'impôts pour les entreprises, de doublement de la croissance économique et de réduction de la pauvreté.

"Malgré nos grandes différences, il y a de grands points d'accord", a-t-il déclaré au sujet de son adversaire devant la foule de ses partisans dans le centre de Santiago. Dans les rues des quartiers aisés de la capitale, où Sebastian Piñera a recueilli environ 90 % des voix, les habitants ont laissé éclater leur joie avec des concerts de klaxon.

La Bourse de Santiago s'envole

De nombreux Chiliens ont vu dans cette élection un référendum sur le bilan de la présidente sortante Michelle Bachelet, qui s'est efforcée de réduire les inégalités via notamment une réforme des études supérieures et de la fiscalité.

Alejandro Guillier, candidat sous la bannière de la coalition Nueva Mayoria de Michelle Bachelet, avait déjà réalisé au premier tour le plus faible score d'un candidat de centre gauche depuis le retour de la démocratie, signe du large mécontentement de l'opinion.

Une partie de l'électorat de gauche juge que sa politique sociale a été trop timide. Pour l'opposition conservatrice, les mesures qu'elle a prises ont entretenu l'incertitude sur les marchés financiers et nui aux investissements privés.

La Bourse de Santiago a salué la victoire de Sebastian Piñera par sa plus forte hausse depuis plus de neuf ans.

Sans majorioté parlementaire

Économiste formé à Harvard, il pourrait néanmoins avoir du mal à mettre en œuvre son programme, à l'aune des difficultés rencontrées par ses alliés idéologiques au Brésil ou en Argentine pour appliquer des mesures d'austérité budgétaire via des baisses des dépenses publiques.

Le premier obstacle sur sa route sera l'absence de majorité parlementaire. Son parti, Chile Vamos, a obtenu 72 des 155 sièges de la Chambre des députés. Sans majorité non plus au Sénat, il devra compter sur des alliés éventuels pour faire adopter ses textes législatifs.

Avec AFP

 

Première publication : 18/12/2017

  • Chili

    Au Chili, le conservateur Sebastian Piñera remporte la présidentielle

    En savoir plus

  • CHILI

    Les Chiliens ont voté pour désigner le successeur de Michelle Bachelet au second tour de la présidentielle

    En savoir plus

  • CHILI

    Présidentielle au Chili : "Michelle Bachelet n'a pas su répondre aux attentes des Chiliens"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)