Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Monsieur le président, traitez les migrants humainement !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tribune sur la "liberté d'importuner" : Catherine Deneuve précise sa pensée

En savoir plus

Afrique

Pour Khalifa Haftar, homme fort de l'est libyen, l'accord pour un gouvernement d'union nationale a expiré

© Présidence tunisienne, AFP | Le général Khalifa Haftar, lors d'une conférence de presse en Tunisie, le 18 septembre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/12/2017

L'homme fort de l'est de la Libye, Khalifa Haftar, a considéré dimanche dans un discours télévisé, que l'accord de Skhirat passé le 17 décembre avait expiré marquant désormais "un tournant historique et dangereux" pour le pays.

Pour Khalifa Haftar, l'accord politique libyen a expiré. L'homme fort de l'est libyen a, en effet, a estimé dimanche 18 décembre que l'accord politique libyen signé le 17 décembre 2015 au Maroc n’était plus d’actualité, et avec lui le mandat du gouvernement d'union nationale (GNA) appuyé par la communauté internationale.

L'accord signé il y a deux ans à Skhirat (Maroc) sous l'égide de l'ONU, prévoyait la formation du GNA pour un mandat d'un an renouvelable une seule fois. Le maréchal Haftar n'a jamais reconnu ce gouvernement.

Le mandat du GNA, dirigé par Fayez al-Sarraj, expire théoriquement dimanche, même s'il n'a jamais pu obtenir la confiance du Parlement élu, basé dans l'est du pays et qui appuie le maréchal Khalifa Haftar ainsi qu'un gouvernement parallèle. Mais le Conseil de sécurité de l'ONU a prévenu jeudi que l'accord de Skhirat "demeur[ait] le seul cadre viable pour mettre fin à la crise politique en Libye", en attendant la tenue d'élections prévue en 2018.

"Un tournant historique et dangereux"

À l'issue d'une réunion tripartite dimanche à Tunis, les ministres des Affaires étrangères tunisien, Khemaies Jhinaoui, algérien, Abdelkader Messahel, et égyptien, Sameh Choukri, ont "renouvelé leur soutien à l'accord politique en tant que cadre de la solution politique en Libye".

Dans une déclaration commune, ils ont également "accueilli favorablement (…) la déclaration du Conseil de sécurité du 14 décembre 2017 et réaffirmé le rôle central et la responsabilité politique et juridique de l'ONU".

Les trois ministres ont réaffirmé aussi leur refus de "toute ingérence extérieure en Libye [et] toute tentative de n'importe quelle partie libyenne pour dérailler le processus politique [en Libye]".

Dans un discours télévisé, le maréchal Haftar a estimé que la date du 17 décembre marquait "un tournant historique et dangereux [avec] l'expiration de l'accord politique libyen".

"Tous les corps issus de cet accord perdent automatiquement leur légitimité contestée [déjà] dès le premier jour de leur prise de fonction", a-t-il dit.

"Menacé de mesures internationales fermes"

Régulièrement accusé par ses détracteurs de vouloir prendre le pouvoir et instaurer une dictature militaire, il a indiqué avoir été "menacé de mesures internationales fermes" s'il osait prendre des initiatives en dehors du cadre mis en place par la communauté internationale et la mission de l'ONU en Libye. "Nous annonçons sans équivoque notre obéissance totale au peuple libyen, maître (…) de son destin", a-t-il conclu.

Dans un communiqué, l'envoyé spécial de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, a indiqué dimanche que les Libyens en avaient "assez de la violence [et] considéraient le processus politique comme la seule voie vers la stabilité et l'unité de leur pays".

"J'exhorte ainsi toutes les parties à écouter leurs voix et à s'abstenir de toute action qui pourrait menacer le processus politique", a-t-il déclaré.

La Libye a sombré dans le chaos après la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi. Des autorités rivales, à Tripoli et dans l'est du pays, et de nombreuses milices continuent de s'y disputer le pouvoir.

Avec AFP

Première publication : 18/12/2017

  • LIBYE

    L’Union africaine dénonce la "cacophonie" des interventions extérieures en Libye

    En savoir plus

  • LIBYE

    Pourquoi la diplomatie d’Emmanuel Macron n’a pas vraiment aidé la Libye

    En savoir plus

  • LIBYE

    Khalifa Haftar : "Nous traiterons avec tous les groupes terroristes par les armes"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)