Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

Moyen-Orient

Jérusalem : les États-Unis opposent leur véto à la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU

© Drew Angerer, Getty images, AFP | L'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, a dénoncé le vote unanime de ses 14 partenaires au Conseil de Sécurité de l'ONU.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/12/2017

Les États-Unis ont opposé leur veto lundi à une résolution soumise au Conseil de sécurité de l'ONU condamnant leur reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Les États-Unis étaient isolés au sein du Conseil de sécurité de l'ONU, lundi 19 décembre. Ses quatorze partenaires souhaitaient faire adopter une résolution appelant Donald Trump à revenir sur sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, mais les États-Unis l'ont bloqué en opposant leur véto.

Ce vote unanime sur la résolution, y compris de la Russie ou de la Chine, ainsi que de la France et du Royaume-Uni – les deux plus proches alliés européens des États-Unis –, a été dénoncé par l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley. "C'est une insulte et un camouflet que nous n'oublierons pas", a-t-elle lancé, le regard noir.

La diplomate n'a pas précisé si les États-Unis prendraient des mesures de rétorsion ou pousseraient davantage à une diminution de leur participation au financement de l'ONU, dont ils sont les premiers contributeurs.

Une reconnaissance aux "graves répercussions"

Présenté par l'Égypte, qui a dénoncé les "graves répercussions" de l'initiative américaine, le texte réclamait que la décision récente du président républicain Donald Trump soit révoquée. La reconnaissance a déclenché la colère des Palestiniens, des manifestations dans le monde musulman et une réprobation quasi unanime de la communauté internationale.

Le statut de Jérusalem "doit être résolu par la négociation", soulignait le texte, évoquant de "profonds regrets concernant les récentes décisions sur Jérusalem", sans toutefois mentionner les États-Unis. "Toute décision ou action visant à altérer le caractère, le statut ou la composition démographique [de Jérusalem] n'a pas de force légale, est nulle et non avenue et doit être révoquée", ajoutait-il.

Le veto américain a été salué par Israël. "Merci madame l'ambassadrice Haley [et merci] président Trump, vous avez allumé une bougie de vérité, dissipé les ténèbres", a réagi sur Twitter le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

Lundi, une visite prévue cette semaine au Proche-Orient du vice-président américain Mike Pence a par ailleurs été reportée, officiellement en raison d'une question de politique intérieure.

Avec AFP

Première publication : 19/12/2017

  • NATIONS UNIES

    L'ONU examine un projet de résolution rejetant la décision de Trump sur Jérusalem

    En savoir plus

  • LIBAN

    Statut de Jérusalem : de nouveaux heurts meurtriers ont opposé Palestiniens et forces israéliennes

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Erdogan appelle à reconnaître Jérusalem-Est comme capitale de la Palestine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)