Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Visite d'Emmanuel Macron à Washington : Que peut-il espérer de cette rencontre avec Donald Trump ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sting : "Avec Shaggy, on a presque oublié qu'on enregistrait un disque!"

En savoir plus

FOCUS

Face à une crise des déchets qui s’éternise, des Libanais se mobilisent

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

En savoir plus

L’invité du jour

Martine Landry : "On ne demande pas à accueillir toute la misère du monde mais à prendre notre part"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Rencontre Macron-Merkel à Berlin : une feuille de route pour réformer la zone euro ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Sur l'Europe, "Macron et Merkel rentrent dans le dur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cuba tourne-t-elle vraiment la page de l'ère Castro ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : l'inquiétude des déplacés en Ituri

En savoir plus

Afrique

RD Congo : la FIDH dénonce la "planification" de massacres par des forces de sécurité

© Joh, Wessels, AFP | Des enfants jouent près d'une maison en ruine, en octobre 2017, dans le Kasaï, en RD Congo.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/12/2017

La FIDH a rendu public ce mercredi un rapport d’enquête de 100 pages dans lequel elle pointe du doigt la responsabilité de forces de sécurité congolaises et d'une milice soutenue par l'armée dans des massacres dans la région du Kasaï, en RD Congo.

La Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) accuse des forces de sécurité congolaises et une milice soutenue par l'armée d'avoir "planifié" des massacres relevant de "crimes contre l'humanité" contre une ethnie de la région du Kasaï, dans le centre de la République démocratique du Congo.

Dans un rapport de 100 pages publié mercredi 20 décembre, elle dénonce des violences d'une "ampleur et d'une gravité sans précédent" perpétrées entre mars et juillet. "Entre au moins fin mars et juin 2017, les populations de l'ethnie luba ont été massacrées dans plusieurs dizaines de villages du territoire de Kamonia (sud de la province du Kasaï) en raison de leur ethnie, de leur supposée affiliation politique à l'opposition et de leur appartenance ou soutien supposé" au chef coutumier, Kamuina Nsapu, lit-on dans ce rapport, basé sur les témoignages de 64 réfugiés, en majorité des Luba, rescapés des massacres.

>> À voir : Comprendre les violences dans le Kasaï

Les provinces du Kasaï se sont embrasées en septembre 2016 après la mort de Kamuina Nsapu, dans un assaut des forces de sécurité, déclenchant des affrontements avec la milice du même nom, qui ont fait plus de 3 300 morts, selon l'Église catholique. L'ONU a recensé 87 fosses communes et 1,4 million de déplacés.

"Perpétrés principalement à des fins politiques"

Ces crimes "ont été planifiés, dirigés et menés par des agents de l'État congolais" (armée et police) et "la milice Bana Mura", soutenue par l'armée, affirme l'organisation, qui ajoute qu'ils "ont été perpétrés principalement à des fins politiques et relèvent de crimes contre l'humanité".

Selon la FIDH, des éléments de Kamuina Nsapu ont perpétré de graves exactions, notamment des "exécutions sommaires, souvent sous la forme de décapitations" et "après des semaines d'affrontements intermittents (...), les forces de défense et de sécurité congolaises ont déclenché des actes de représailles disproportionnés, et ne visant pas uniquement cette milice".

La FIDH a compilé une liste d'"au moins 50 noms de présumés responsables" (éléments de l'armée, de la police, des Bana Mura, autorités locales...) des crimes commis sur le territoire de Kamonia, et se réserve le droit de la transmettre à la Cour pénale internationale ou d'autres institutions.

Avec AFP

Première publication : 20/12/2017

  • RD CONGO

    "Quatre caïmans dans le marigot" : le marasme de l'opposition congolaise

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Colère et consternation après l’attaque de la Monusco en RD Congo

    En savoir plus

  • RD CONGO

    RD Congo : la Monusco subit l'une des pires attaques contre l'ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)