Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Pendant le "shutdown", Donald Trump travaille "dur, dur, dur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après Poutine, les patrons à Versailles"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Liberia : le nouveau président, George Weah, prêt à relever les défis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Avec les réformes de Macron, la France sur le retour ?

En savoir plus

EUROPE

UE : les États autorisés à réglementer Uber comme un service de transport

© AFP | Uber met en relation contre rémunération des chauffeurs non professionnels utilisant leur propre véhicule avec des personnes souhaitant effectuer un déplacement urbain.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/12/2017

Uber est un prestataire de services de transport et peut donc être réglementé au même titre que les taxis, a déclaré, mercredi, la Cour de justice de l'Union européenne.

La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a tranché, mercredi 20 décembre. Le service de réservation de voitures avec chauffeur Uber relève du "domaine des transports" et peut donc être soumis dans l'Union européenne aux réglementations contraignantes imposées aux taxis.

Un juge espagnol avait sollicité l'avis de la CJUE, après avoir été saisi en 2014 par une association professionnelle de chauffeurs de taxis de Barcelone. L'association s'estimait victime de "concurrence déloyale" de la part d'Uber, car ce service pouvait être exempté des licences et agréments réclamés aux services de taxis de l'agglomération catalane.

"Une victoire sociale"

Cet arrêt "représentera vraiment une victoire sociale, c'est la société qui va vraiment en profiter", a réagi l'association espagnole de chauffeurs de taxi qui avait porté plainte, estimant cependant que le "chemin sera long" pour l'imposer.

Uber, qui met en relation contre rémunération des chauffeurs non professionnels utilisant leur propre véhicule avec des personnes souhaitant effectuer un déplacement urbain, n'est pas "un service d'intermédiation" classique du domaine de l'Internet, a estimé la Cour.

Par son arrêt, qui se range aux arguments de l'avocat général, elle déclare que ce service "relève dès lors de la qualification de 'service dans le domaine des transports' au sens du droit de l'Union".

"Un tel service doit par conséquent être exclu du champ d'application de la libre prestation des services en général, ainsi que de la directive relative aux services dans le marché intérieur et de la directive sur le commerce électronique", poursuit le communiqué de la CJUE.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 20/12/2017

  • PIRATAGE

    Uber : les données de 57 millions d'utilisateurs ont été piratées en 2016

    En savoir plus

  • PARIS

    À Paris, Uber menacé par Taxify, la start-up estonienne dopée aux fonds chinois

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Le maire de Londres et le patron d'Uber cherchent à calmer le jeu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)