Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tanzanie : le pouvoir s'attaque aux blogueurs

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Fièvre de lassa, le Nigeria lutte contre une épidémie sans précédent

En savoir plus

LE DÉBAT

"Le nouvel antisémitisme" : un manifeste à charge ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault : un nouveau pas de deux dans "Lorenzaccio"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce n'est pas le moment de fantasmer sur le dégel intercoréen"

En savoir plus

L’invité du jour

"La plupart du temps, les bibliothèques ne sont pas là où les gens ont le plus besoin d’elles"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grève chez Air France : l'arme du référendum

En savoir plus

FOCUS

RDC : le fléau des enlèvements d'enfants contre rançon

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Amical mais critique, Emmanuel Macron séduit le Congrès"

En savoir plus

FRANCE

Conflit israélo-palestinien : Mahmoud Abbas n'acceptera aucun plan de paix américain

© Francois Mori, AFP | Mahmoud Abbas (g) et Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse, à l'Élysée, le 22 décembre 2017.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/12/2017

Lors de sa visite à Paris, le président palestinien a déclaré, vendredi, que les États-Unis s'étaient "discrédités" en reconnaissant Jérusalem comme la capitale d'Israël. Il n'acceptera d'ailleurs aucun plan de paix de la part de Washington.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré, vendredi 22 décembre, qu'il n'accepterait "aucun plan" de paix avec Israël de la part des États-Unis, après que Washington a reconnu Jérusalem comme la capitale de l'État hébreu.

"Les États-Unis se sont disqualifiés eux-mêmes", a expliqué le chef d'État palestinien, qui a d'ailleurs refusé de rencontrer le vice-président américain, Mike Pence, lors de son prochain voyage au Proche-Orient, alors que Washington a prévu de dévoiler un plan de paix pour la région au printemps 2018.

"La position d’Abbas est radicale et mènera aussi à une impasse, car il n’y a pas aujourd’hui, au sein de la communauté internationale, de médiateur qui puisse avoir la crédibilité, la puissance diplomatique et économique des États-Unis", déclare David Khalfa, chercheur associé à l'IPSE, sur France 24.

David Khalfa, chercheur associé à l'IPSE

Le chef d’État palestinien s’exprimait à l'issue d'un entretien avec le président français Emmanuel Macron, à Paris, au lendemain d'une large condamnation par l'Assemblée générale de l'ONU de la décision de Donald Trump, datant du 6 décembre.

Emmanuel Macron - qui depuis son élection met en garde contre la multiplication des initiatives dans le dossier israélo-palestinien - s'est gardé d'annoncer une initiative française à l'image de celle lancée sans grand succès sous le quinquennat précédent.

"Nous commettrions une faute profonde. [...] À partir du moment où on se marginalise pour choisir un camp, on n'aide plus pour construire la paix", a-t-il estimé. "Les Américains se sont marginalisés, je cherche pour le moment à ne pas faire de même".

La France "prendra ses responsabilités en lien avec l'ONU et ses partenaires pour aller vers [la paix] mais je souhaite le faire au bon moment", a-t-il ajouté. "Au moment où je le jugerai opportun, je le ferai mais je ne le ferai jamais sous la pression de situations extérieures aux choix de la diplomatie française."

"L’approche du président [Macron] est pour le moins prudente", analyse David Khalfa.

"Pas de solution sans accord entre les parties"

Le président français a écarté toute reconnaissance unilatérale par la France d'un État palestinien. "Décider unilatéralement de reconnaître la Palestine est-il efficace ? Je ne crois pas. Car ce serait une réaction" à la décision américaine "qui a provoqué des troubles dans la région", a-t-il développé.

Emmanuel Macron, qui se rendra en Israël et dans les Territoires palestiniens en 2018, a rappelé la position française estimant qu'il "n'y avait pas d'alternative à la solution des deux États et pas de solution sans accord entre les parties sur Jérusalem".

Un Palestinien de 24 ans a été tué, vendredi, et dix autres manifestants ont été blessés par des tirs des forces de sécurité israéliennes dans le sud de la bande de Gaza, a annoncé le ministère palestinien de la Santé.

Avec Reuters et AFP

Première publication : 22/12/2017

  • NATIONS UNIES

    L'ONU examine un projet de résolution rejetant la décision de Trump sur Jérusalem

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Jérusalem capitale d'Israël : des concerts de critiques et quelques louanges

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Statut de Jérusalem : tensions dans les Territoires palestiniens après l'annonce de Trump

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)