Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

EUROPE

Catalogne : Puigdemont veut rentrer de Bruxelles pour obtenir la présidence de la région

© Emmanuel Dunand, AFP | L'ex-président catalan, Carles Puigdemont, le 22 décembre 2017 à Bruxelles.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/12/2017

L'ex-président du Parlement régional catalan, l'indépendantiste Carles Puigdemont, a affirmé, samedi, vouloir rentrer en Catalogne pour pouvoir prendre la tête de l'assemblée régionale nouvellement élue où la coalition séparatiste est majoritaire.

Son exil bruxellois a assez duré : "Je veux revenir en Catalogne", a martelé Carles Puigdemont, samedi 23 décembre. Interrogé par Reuters, le leader indépendantiste catalan a exprimé son désir de réintégrer sa région le plus tôt possible. "Je voudrais revenir dès maintenant. Ce serait une bonne nouvelle pour l'Espagne", a-t-il dit.

L’ancien président de Catalogne s'était exilé à Bruxelles après avoir unilatéralement proclamé l’indépendance de la région vis-à-vis du pouvoir central espagnol, le 27 octobre, décision qui a entraîné la dissolution par Madrid de l'exécutif qu'il présidait.

Depuis, lors d’élections législatives anticipées le 21 décembre, les indépendantistes catalans ont conservé la majorité absolue des sièges au parlement régional. La formation de Carles Puigdemont, Junts per Catalunya, est restée le premier parti indépendantiste en termes de sièges (34), même si un parti anti-indépendantiste, Ciudadanos, a obtenu davantage de parlementaires (37).

"Je suis le président du gouvernement régional"

Prié de dire s'il compte assister à la séance inaugurale du nouveau parlement catalan, le 23 janvier, Carles Puigdemont a répondu : "Ce serait naturel. Si je ne suis pas autorisé à être investi président, ce sera une anomalie majeure pour le système démocratique espagnol. […] Je suis le président du gouvernement régional et je le resterai si l'État espagnol respecte les résultats du vote."

Carles Puigdemont s'était dit prêt, au lendemain du scrutin, à dialoguer avec le gouvernement espagnol et à étudier toutes les propositions de son président, Mariano Rajoy. "Si l'État espagnol a une proposition pour la Catalogne, nous devrons l'écouter", a-t-il redit samedi.

Même si Madrid a renoncé depuis au mandat d'arrêt européen qui le visait, Carles Puigdemont fait toujours l'objet d'un mandat d'arrêt dans son pays

Les négociations sur la formation d'un nouvel exécutif devraient débuter après les fêtes de fin d'année, soit à partir du 6 janvier. La nouvelle assemblée de Catalogne devra voter la confiance au nouvel exécutif d'ici au 8 février.

Avec AFP

Première publication : 23/12/2017

  • ESPAGNE

    Catalogne : Mariano Rajoy se dit ouvert au dialogue avec le futur gouvernement régional

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Les unionistes catalans : majoritaires en voix, minoritaires au Parlement

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Catalogne : les indépendantistes espèrent que Mariano Rajoy a "compris le message"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)