Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Un ministère et une journée pour lutter contre la solitude

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Tunisie retirée de la liste noire de l'Union européenne sur l'évasion fiscale

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

En direct de Davos - Bertrand Badré : "L'heure est à l'optimisme, c'est là qu'il faut commencer à être prudent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Julien Dray : "Nous travaillons pour les GAFA, nous devons donc être rémunérés"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Julien Dray : "Inutile de se déclarer candidat avant le congrès, ce n'est pas un casting"

En savoir plus

FOCUS

Namibie : des communautés massacrées au début du 20e siècle demandent réparation à l’Allemagne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Dilma Rousseff : "Le procès de Lula est truffé d'erreurs"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mélanie Thierry bouleversante dans "La douleur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mike Pence, messianique devant la Knessset"

En savoir plus

Asie - pacifique

Présidentielle russe : Navalny cherche à imposer sa candidature face à Vladimir Poutine

© Dmitry Serebryakov, AFP | L'opposant russe, Alexei Navalny (au centre), entouré de soutiens aux bras chargés de signatures de soutien à sa candidature à l'élection présidentielle 2018, le 24 décembre à Moscou.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/12/2017

Le principal opposant à Vladimir Poutine, le blogueur Alexeï Navalny, a tenté dimanche d'imposer sa candidature en dépit de son inéligibilité. Il a rassemblé les 500 soutiens nécessaires dans plusieurs villes, dont Moscou, où il s'est exprimé.

L'opposant numéro un russe, Alexeï Navalny, a mobilisé des milliers de ses soutiens à travers la Russie, dimanche 24 décembre. Il tentait ainsi d’imposer sa candidature face à Vladimir Poutine à la présidentielle de mars 2018, malgré son inéligibilité jusqu'en 2028 en raison d'une condamnation pour détournement de fonds, une affaire qu'il juge montée de toutes pièces.

Souhaitant briguer la présidence en tant que candidat auto-désigné, l'opposant a besoin, en vertu de la législation russe, d'être soutenu dans une ville par un groupe d'au moins 500 électeurs pour pouvoir demander à la Commission électorale centrale de l'inscrire sur la liste officielle des candidats. Alexeï Navalny avait donc assuré qu'il obtiendrait le soutien d'au moins 500 électeurs dans chacune des villes prévues pour les manifestations, rendant d'autant plus difficile, selon lui, un refus de l'enregistrement de sa candidature par les autorités électorales en dépit de son inéligibilité.

Portrait d'Alexeï Navalny

15 000 partisans dans une vingtaine de villes

Mission accomplie à Moscou, où l'opposant s’est exprimé devant plus de 700 de ses partisans réunis sous un chapiteau sur les bords de la Moskova : "Je suis très heureux. Je suis fier de vous annoncer que je suis ici le candidat de toute la Russie. […] Nous sommes prêts à gagner et nous gagnerons ces élections", a-t-il dit.

Au total, plus de 15 000 partisans du blogueur anti-corruption, aux accents parfois nationalistes, se sont rassemblés dans une vingtaine de villes du pays. Selon les services de l'opposant, ils étaient plus de 900 à Ekaterinbourg (Oural), 800 à Rostov-sur-le-Don (sud) et plus de 700 à Novossibirsk (Sibérie Occidentale). Des manifestations ont eu lieu aussi à Saint-Pétersbourg (nord-ouest) et Vladivostok (Extrême-Orient).

Alexeï Navalny a menacé de nouveau dimanche d'appeler au boycott du scrutin si sa candidature n'était pas validée. Il faut "empêcher les élections si elles sont malhonnêtes", a-t-il averti. Les autorités électorales russes rétorquent qu'avec sa condamnation seul "un miracle" lui permettrait d'enregistrer sa candidature.

Avec AFP

Première publication : 24/12/2017

  • UKRAINE

    Pour Moscou, l'aide militaire américaine à l’Ukraine encourage un "nouveau bain de sang"

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Le candidat Poutine entame sa campagne présidentielle par un grand oral médiatique

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Russie : Vladimir Poutine candidat pour un quatrième mandat en 2018

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)