Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Notre-Dame-des-Landes : Le choix de la raison ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Notre-Dame-des-Landes : Le choix de la raison ? (1ere partie)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Obiang : "La tentative de coup d'État en Guinée équatoriale a commencé en France"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : les mères courage inspirent les réalisateurs

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à Calais : humanité et fermeté ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vaudeville sino-américano-britannique"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Faillite du groupe britannique de BTP Carillion : mais que s'est-il donc passé ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Natalité : vers la fin de "l'exception française?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

William Lacy Swing : "La migration n’est pas un problème à résoudre, c’est une réalité humaine à gérer"

En savoir plus

EUROPE

Puigdemont pourrait gouverner la Catalogne depuis Bruxelles, "absurde" estime Rajoy

© Javier Soriano, AFP | Mariano Rajoy a tenu une conférence de presse à Madrid le 29 décembre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/12/2017

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a estimé "absurde", vendredi, que le président catalan destitué Carles Puigdemont envisage de gouverner la Catalogne depuis la Belgique où il s'est réfugié pour échapper aux poursuites judiciaires.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a jugé "absurde" vendredi 29 décembre la possibilité que Carles Puigdemont, président destitué de la Catalogne, puisse gouverner la Catalogne depuis la Belgique, où il s'est réfugié pour échapper aux poursuites judiciaires.

Depuis que les indépendantistes ont remporté la majorité des sièges au Parlement catalan à la suite des élections régionales du 21 décembren, les partisans de Cares Puigdemont étudient la possibilité qu'il présente sa candidature comme chef de l'exécutif régional à distance.

"Il est absurde de prétendre être président d'une région en vivant à l'étranger et plus absurde encore de prétendre exercer ces fonctions depuis l'étranger", a déclaré Mariano Rajoy au cours d’une conférence de presse.

>> À lire : Catalogne : les indépendantistes espèrent que Mariano Rajoy a "compris le message"

Selon le quotidien belge La Libre, les avocats de Carles Puigdemont pèsent le pour et le contre "de rester à Bruxelles ou rentrer en Espagne au risque d'être arrêté". Car, si Madrid a renoncé au mandat d'arrêt européen qui visait le président catalan destitué, Carles Puigdemont fait toujours l'objet d'un mandat d'arrêt dans son pays.

Le parti indépendantiste rival, Gauche républicaine de Catalogne (ERC), l'exhorte en revanche à revenir en Espagne, où il serait arrêté et incarcéré comme leur chef, Oriol Junqueras.

Interrogé par Reuters, Carles Puigdemont avait affirmé le 23 décembre vouloir rentrer le plus tôt possible en Catalogne. "Ce serait une bonne nouvelle pour l'Espagne", avait-il ajouté.

Avec AFP

Première publication : 29/12/2017

  • ESPAGNE

    Catalogne : Mariano Rajoy se dit ouvert au dialogue avec le futur gouvernement régional

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    La Cour suprême espagnole retire le mandat d'arrêt international contre Puigdemont

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    L'ex-vice-président de Catalogne et trois autres dirigeants séparatistes restent en prison

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)