Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tanzanie : le pouvoir s'attaque aux blogueurs

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Fièvre de lassa, le Nigeria lutte contre une épidémie sans précédent

En savoir plus

LE DÉBAT

"Le nouvel antisémitisme" : un manifeste à charge ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault : un nouveau pas de deux dans "Lorenzaccio"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce n'est pas le moment de fantasmer sur le dégel intercoréen"

En savoir plus

L’invité du jour

"La plupart du temps, les bibliothèques ne sont pas là où les gens ont le plus besoin d’elles"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grève chez Air France : l'arme du référendum

En savoir plus

FOCUS

RDC : le fléau des enlèvements d'enfants contre rançon

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Amical mais critique, Emmanuel Macron séduit le Congrès"

En savoir plus

FRANCE

Décès du général Rondot, figure du renseignement français

© Fred Dufour, AFP | Le général Rondot à Paris lors du procès Clearstream, en octobre 2009.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/12/2017

Le général Philippe Rondot, qui a mené une longue et discrète carrière dans les services secrets avant d'être propulsé en 2009 sur le devant de la scène par l'affaire Clearstream, est décédé cette semaine, à 81 ans.

Il aura mené une vie dans l’ombre au service du renseignement. Le général Philippe Rondot, qui a mené une longue et discrète carrière dans les services secrets avant d'être propulsé en 2009 sur le devant de la scène par l'affaire Clearstream, est décédé cette semaine, à 81 ans, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

Le général a été inhumé samedi "dans la plus stricte intimité" à Fléty (Nièvre), où il vivait depuis plusieurs années, a indiqué une source proche du dossier, confirmant une information d'Europe  1. Selon une autre source, il est décédé d'un "arrêt cardiaque".

Avant de devenir contre son gré un des protagonistes de l'affaire Clearstream, principal épisode de la lutte Villepin-Sarkozy, le général Rondot avait fait carrière dans le renseignement. Le nom de ce général de division était surtout connu pour son rôle dans la traque et la capture du terroriste Carlos en 1994 et celle des criminels de guerre de l'ex-Yougoslavie.

Spécialiste des questions arabes

Le général Rondot avait quitté le 31 décembre 2005 son poste de conseiller du ministre de la Défense pour le renseignement et les opérations spéciales (Cros). Pour saluer sa carrière, le président Jacques Chirac l'avait élevé en janvier 2006 à la dignité de grand officier de la Légion d'honneur.

Officier parachutiste, Philippe Rondot était entré trois ans après sa sortie de Saint-Cyr, en 1965, au service action du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE), devenu DGSE.

Arabophone, le général Rondot, fils d'un général également dans le renseignement et spécialiste des questions arabes, a toujours entretenu sa connaissance encyclopédique des hommes et des services secrets des pays arabes, tissant de solides réseaux. Il en a tiré un autre de ses surnoms, celui de "colonel Lawrence".

Conseiller de ministres de droite comme de gauche

Fait unique pour un militaire, il avait rejoint la Direction de la surveillance du territoire (DST, service de police) en 1980, après quinze ans passés au SDECE. Il a aussi longtemps conseillé les ministres de la Défense de droite comme de gauche. Il avait été appelé pour la première fois à l'Hôtel de Brienne par Pierre Joxe, avec qui il avait été auditeur (1983-1984) à l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN).

Il a joué un rôle déterminant dans la libération d'otages français à Beyrouth en 1986 et dans l'accueil en France du général chrétien libanais Michel Aoun.

Avec AFP

Première publication : 31/12/2017

  • JUSTICE

    L'ancien chef du contre-espionnage Bernard Squarcini mis en examen

    En savoir plus

  • FRANCE

    13-Novembre : la commission d'enquête pointe l'"échec global" du renseignement

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les États-Unis ont bien espionné l'Élysée en 2012, révèle un ancien chef de la DGSE

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)