Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 02/01/2018

"Cannabis, la nouvelle ruée vers l'or"

© France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 2 janvier, les manifestations en Iran, l’inculpation de la militante palestinienne Ahed Tamimi. La légalisation du cannabis à usage «récréatif» en Californie. Et une découverte dans un bac à sable.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

 

Au menu de cette revue de presse internationale, le mouvement de contestation en Iran, qui a fait une dizaine de morts en cinq jours.

 

Cette contestation, le président Hassan Rohani, l’a d’abord accueillie, dimanche, en appelant au calme, avant d’avertir, hier, que «le peuple iranien répondra(it) aux fauteurs de troubles», qui ne seraient qu'une «petite minorité» selon lui. Une ambivalence reflétée à la Une du Tehran Times, qui affirme à la fois que «les manifestations sont une opportunité», tout en publiant une long entretien avec un éditorialiste américain, Stephen Lendman, qui affirme que le mouvement actuel est la résultat d’une «conspiration», fomentée selon lui par Donald Trump et Benyamin Nétanyahou - affirmation qui repose notamment sur le fait que ni les Etats-Unis ni Israël ne seraient des démocraties, selon lui. Les manifestants, eux, disent qu’ils protestent contre la corruption, la répression et la terreur - à voir du côté du Times, qui montre le turban de l’ayatollah Ali Khamenei, faisant vaciller le guide spirituel iranien, sous le poids de ces maux. «Est-ce le point de non-retour?», s’interroge le journal britannique.

 

A l’image du président des Etats-Unis, The Washington Post exprime son soutien aux manifestants iraniens. Le quotidien américain affirme que les Occidentaux «devraient les soutenir»: «la demande populaire de changement est justifiée et mérite le soutient international», soutient The Washington Post, en enjoignant les dirigeants européens, jusque-là «bien plus prudents» que Donald Trump, à «hausser le ton» face au régime de Khamenei, présenté comme l’auteur de la répression et de la mise en échec des précédentes manifestations de 2009. Beaucoup plus circonspect, Haaretz met en garde, lui, contre la lecture simpliste qui pourrait être faite du mouvement actuel. «L’humilité doit être de règle sur la question iranienne», écrit le quotidien de gauche israélien. «Toute intervention ou déclaration extérieures par des dirigeants occidentaux ou israéliens ne fera que servir le régime de Téhéran, et ses théories sur le fait que ces manifestations sont organisées par des puissances étrangères», prévient Haaretz.

 

En Israël, justement, un tribunal militaire a retenu hier douze chefs d’inculpation contre Ahed Tamimi, une Palestinienne de 16 ans, arrêtée en décembre pour avoir frappé des soldats israéliens en Cisjordanie occupée. Ce tribunal a aussi prolongé sa garde à vue d’une semaine, d’après Le Monde, qui évoque «une figure familière de la résistance palestinienne», et dont l’arrestation est liée à une vidéo qui a fait le tour de la Toile et qui la montrait provoquant, avec l’une de ses cousines, deux soldats israéliens qui voulaient s’introduire dans la cour de leur maison, au nord de Ramallah. C’est après la diffusion de cette vidéo qu’ Ahed Tamimi, sa cousine, puis sa mère, ont été arrêtées. Le journal rappelle que ce n’est pas la première fois que des images de la jeune fille font le tour de la planète, puisqu’Ahed Tamimi avait déjà été filmée en 2012 brandissant le poing sous le nez de soldats israéliens - une scène largement médiatisée et qui lui avait value d’être reçue par Recep Tayyip Erdogan, à l’époque et photographiée, également, en 2015, parmi des femmes tentant de faire lâcher prise à un soldat plaquant un enfant au bras dans le plâtre, son petit frère Salam. Des faits d’armes dans lesquels beaucoup de médias israéliens voient surtout le résultat d’une manipulation par les proches d’Ahed Tamimi, tandis que le public palestinien, admirerait, lui, son courage et s’identifierait à elle. Le Monde évoque aussi un intérêt suscité par son physique atypique de Palestinienne aux yeux bleus, à la peau claire et aux boucles blondes.

 

Il est aussi beaucoup question, ce matin, de l’autorisation, depuis hier, de la vente et de la consommation de marijuana à usage «récréatif» en Californie. Uniquement autorisé, jusque-là, à des fins médicales, le cannabis constitue surtout une énorme manne financière, au point que USA Today évoque une «nouvelle ruée vers l’or en Californie», l’Etat le plus peuplé des Etats-Unis –qui représente le plus gros marché mondial du cannabis, estimé à plus de 5 milliards de dollars, et à plusieurs centaines de millions de dollars de taxes, par certains analystes. Cette légalisation, en tout cas, donne des idées à d’autres, notamment au Guardian, qui plaide en faveur de la légalisation du cannabis outre-Manche. «Il est temps de commencer à parler comme des adultes», soutient le journal, qui se réjouit de voir «le génie vert» sortir enfin de sa bouteille.

 

Un mot, pour terminer, de cette découverte à donner une peur bleue, dans le bac à sable d’une école australienne. D’après The Sidney Morning Herald, des élèves ont d’abord découvert une douzaine d’oeufs dans le bac à sable en question. Des oeufs finalement identifiés comme étant des œufs de couleuvre, ce qui a bien sûr entraîné la fermeture de l’école. Une sage décision, puisque les spécialistes appelés à la rescousse ont ensuite découvert sept nids, abritant au total plus de quarante œufs. Tout ce petit monde a évidemment été déménagé ailleurs, dans une réserve naturelle.

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/04/2018 Immigration

Grande-Bretagne : les oubliés de la génération Windrush

Dans cette seconde revue de presse du vendredi 20 avril : le tollé suscité en Grande-Bretagne par l'arrêt des soins d'un immigré de la génération Windrush oubliée par le...

En savoir plus

20/04/2018 Manifestations

"Universités : le ras-le-bol des antibloqueurs"

Dans cette première revue de presse du vendredi 20 avril : le bilan de la journée de mobilisation d'hier en France, le mécontentement sanglant au Nicaragua et la stratégie...

En savoir plus

19/04/2018 Rap

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

Dans cette seconde revue de presse du jeudi 19 avril, la diplomatie "sans but" de Donald Trump vis-à-vis de la Corée du Nord, l'annonce d'élections anticipées en Turquie, les...

En savoir plus

19/04/2018 Angela Merkel

Sur l'Europe, "Macron et Merkel rentrent dans le dur"

Dans la presse, ce jeudi 19 avril, la rencontre entre Emmanuel Macron et Angela Merkel à Berlin, l'appel à la grève générale lancé en France par la CGT, la guerre du "free...

En savoir plus

18/04/2018 Journalisme

Forbidden Stories : "Pour que le travail de Daphne Caruana Galizia ne soit pas perdu"

Dans cette seconde revue de presse du mercredi 18 avril, le collectif Forbidden Stories reprend les enquêtes de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia, tuée il y a six...

En savoir plus