Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement abandonne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie, Merera Goudina libéré de prison

En savoir plus

LE DÉBAT

Notre-Dame-des-Landes : Le choix de la raison ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Notre-Dame-des-Landes : Le choix de la raison ? (1ere partie)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Obiang : "La tentative de coup d'État en Guinée équatoriale a commencé en France"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : les mères courage inspirent les réalisateurs

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à Calais : humanité et fermeté ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vaudeville sino-américano-britannique"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Faillite du groupe britannique de BTP Carillion : mais que s'est-il donc passé ?

En savoir plus

Buenos Aires: hausse des prix des transports jusqu'à 60%

© AFP | Des argentins attendent le bus à Buenos Aires, le 3 janvier 2018

BUENOS AIRES (AFP) - 

Les prix du bus et du métro à Buenos Aires vont augmenter de 30 à 60%, a annoncé mercredi le gouvernement libéral de Mauricio Macri, qui devrait bientôt rehausser d'autres tarifs sur fond de manifestations.

Avec ces augmentations, le gouvernement cherche à réduire son déficit public, attendu à 3,5% du PIB en 2018.

Les hausses dans les transports s'échelonneront entre février et juin. Fin décembre, le ministre de l'économie a annoncé que la dette publique du pays, troisième économie d'Amérique latine, augmenterait dans les prochaines années pour rééquilibrer les comptes publics, après avoir relevé de 10 à 15% sa perspective d'inflation pour cette nouvelle année.

Le ticket de bus passera ainsi de 6 pesos (30 centimes de dollars) à 10 pesos (50 centimes), tandis que celui du métro passera de 7,50 pesos (40 centimes de dollars) à 12 pesos (60 centimes).

Après les transports, des annonces de hausse des prix de l'essence, de l'électricité, du gaz et de l'eau devraient suivre.

Après la fin de la politique de subventions généralisées de l'ex-présidente Cristina Kirchner, sous Mauricio Macri, arrivé au pouvoir fin 2015, le gaz, l?électricité et l'eau ont connu des hausses de 400% en moyenne ces dernières années.

En 2017, l'inflation devrait tourner autour de 24%, très loin des 17% prévus par le gouvernement de Mauricio Macri. Un scénario identique à 2016, lorsqu'un objectif de 25% avait été fixé, alors que le chiffre réel avait bondi à 41%.

© 2018 AFP