Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

George Weah : la légende du football officiellement président du Liberia

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Afrine : une balle dans le pied d'Erdogan ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : les Kurdes, grands perdants du conflit ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : les Kurdes, grands perdants du conflit ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Réfugiés syriens au Liban : la voie difficile, voire impossible, du retour au pays

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seba, une voix gabonaise hors du temps

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Choose France" : Macron reçoit les patrons étrangers à Versailles pour une opération séduction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Pendant le "shutdown", Donald Trump travaille "dur, dur, dur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après Poutine, les patrons à Versailles"

En savoir plus

Etoile mystérieuse: la thèse d'une structure extra-terrestre définitivement écartée

WASHINGTON (AFP) - 

Des scientifiques ont définitivement écarté la thèse d'une infra-structure extra-terrestre géante autour de la mystérieuse étoile "Tabby" pour expliquer ses fortes variations de luminosité, parfois soudaines et prolongées, qu'ils attribuent désormais à des nuages de poussière.

En octobre 2015, l'astronome américain Jason Wright, de l'Université d'Etat de Pennsylvanie, avait fait sensation en suggérant que cet étrange phénomène pourrait peut-être s'expliquer par la présence d'une sphère de Dyson, une mégastructure construite par une civilisation extra-terrestre pour capter l'énergie de l'étoile.

Il a fallu plusieurs mois d'observations pour qu'une équipe de plus de 200 astrophysiciens rejette cette hypothèse.

"La poussière est la cause la plus probable de ces variations de luminosité de l'étoile", explique ainsi Tabetha Boyajian, professeure adjointe à l'Université d'Etat de Louisiane et principal auteure de ces travaux publiés mercredi dans The Astrophysical Journal Letters.

"Les nouvelles données recueillies pendant les observations révèlent différentes couleurs de lumière bloquées à différentes intensités. Cela signifie que ce qui passe entre nous l'étoile n'est pas opaque, écartant de ce fait une mégastructure extra-terrestre ou un corps planétaire", précise le Tabetha Boyajian, dont le prénom a inspiré le surnom de l'étoile "Tabby" scientifiquement connue comme KIC 8462852.

Cette étoile, qualifiée par les scientifiques de "la plus mystérieuse de l'Univers", se situe à plus de 1000 années-lumière de la Terre. Environ 50% plus grosse que notre Soleil, elle est également 1000 degrés plus chaude.

Même si les scientifiques ont écarté l'hypothèse d'une structure géante extra-terrestre, "les dernières observations pourraient aussi être la signature d'autres phénomènes naturels", pointe l'astrophysicien Jason Wrigh, un des co-auteurs de cette étude.

"Il y a des modèles mathématiques simulant des matériaux circumstellaires comme des exocomètes, en orbite autour d'une étoile, qui paraît correspondre aux données que nous avons recueillies", précise-t-il.

Tabby a été découverte avec le télescope spatial Kepler, développé par la Nasa et dédié à la détection des exoplanètes quand celles-ci passent devant leur étoile et réduisent momentanément leur luminosité.

Plus de 1.700 personnes ont donné au total 100.000 dollars sur la plate-forme Kickstarter pour étudier davantage cette étoile.

Les astronomes de l'observatoire de Las Cumbres en Californie l'ont étudiée de près entre mars 2016 et décembre 2017.

© 2018 AFP