Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Avec L'Impératrice, la "French touch" fait des petits

En savoir plus

FOCUS

Malgré les accusations de corruption et le blocus, le Qatar tient à son Mondial-2022

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Coupe du monde 2018 : la France affrontera la Croatie en finale

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Trump et Poutine ont rendez-vous à Helsinki

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Assouplissement quantitatif : l'arme lourde des banques centrales

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Les Bleus champions du monde : "Un bonheur éternel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Le HCR s'oppose aux centres fermés : "Demander l'asile n'est pas un crime"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Tourisme : qui veut traverser l'Europe en train ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les Bleus champions du monde : quel impact sur la croissance française ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 03/01/2018

Trump à Kim Jong-Un : "Mon bouton est plus gros que le tien, et il fonctionne !"

© France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 3 janvier, la possibilité de pourparlers entre les deux Corée, un nouveau tweet vengeur signé Trump. La mobilisation de l’opposition togolaise. Et une nouvelle fin pour l’opéra «Carmen».

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

Au menu de cette revue de presse internationale, l'offre de la Corée du sud de tenir des discussions à haut niveau avec la Corée du nord, après la main tendue par Kim Jong-Un.

 

Cette proposition répond à l’appel du dirigeant nord-coréen, qui a exprimé le souhait de meilleures relations avec la Corée du sud et évoqué une possible participation aux jeux Olympiques d'hiver qui doivent s’y tenir en juillet prochain, à Pyeongchang. «Séoul propose que des discussions avec le nord aient lieu mardi prochain», titre The Korea JoongAng Daily, qui précise que ces discussions devraient avoir lieu dans la maison de la paix de Panmunjom, le village frontalier entre les deux Corée, où a été signé le cessez-le-feu de 2953. «Une branche d’olivier venue de Corée du nord», salue The Korea Times. «La proposition surprise de Kim Jong-Un pourrait ouvrir la porte à la paix», commente aussi le journal Hankyoreh, qui estime que la déclaration du cher Leader, qui a assorti sa proposition d’ouverture d’une nouvelle «provocation» destinée aux Etats-Unis, sur «le bouton nucléaire toujours présent sur (son) bureau» - que cette déclaration, était «tournée vers l’avenir», et assortie de «propositions concrètes». «Nous accueillons favorablement le fait que la Corée du nord ait donné des indices sérieux de sa volonté d’améliorer les relations entre les deux Corée dans son discours de Nouvel An». «Ces pourparlers doivent commencer aussi vite que possible pour que la Corée du nord participe aux JO de Peyongchang», poursuit le journal – en ajoutant que les Etats-Unis n’ont «aucune raison de s’opposer à l’amélioration des relations entre le nord et le sud».

 

L’Administration Trump a balayé la perspective d'un dialogue entre les deux Corée si les discussions ne portent pas sur le nucléaire nord-coréen. La déclaration de Kim Jong-Un a aussi suscité un tweet moqueur de son homologue américain: «le leader nord-coréen Kim Jong-Un vient d'affirmer que le «bouton nucléaire est sur son bureau en permanence». Informez-le que moi aussi j'ai un bouton nucléaire, mais il est beaucoup plus gros et plus puissant que le sien, et il fonctionne!», a réagi Donald Trump, suscitant à son tour de nombreuses réactions. A voir notamment du côté du compte Daily Cartoons, toujours sur Twitter. «Hey, mon petit gros, regarde mon bouton », dit Trump dans un dessin. «il est trop grand pour qu’on le tienne d’une seule main. Regarde cette vitre blindée est ces rayures jaunes et noires… Est-ce que le tien est au moins chargé?». Le style Trump, indispose décidément toujours la presse américaine. «Nouvelle année, même Trump», se désole The Washington Post. «2018 avait seulement 7 heures et 12 minutes quand le président Trump a lancé sa première attaque verbale de l’année contre un pays étranger, le Pakistan, qu’il a accusé d’être un «sanctuaire pour les terroristes»». «Après douze mois à la Maison-Blanche, douze mois d’insultes tous azimuts, Donald Trump a réussi l’exploit de réduire le nombre d’amis des Etats-Unis aux doigts des deux mains».

 

Au Togo, des milliers de personnes ont encore défilé dans les rues de Lomé, le week-end dernier, pour réclamer le départ du président Faure Gnassingbé. Depuis le mois de septembre, l'opposition togolaise organise des manifestations quasi hebdomadaires. Une contestation dont les foyers se trouvent à Sokodé et Bafilo, d’après La Croix, qui s’est rendu sur place. A Sokodé, la deuxième ville du pays, à 350 kim de la capitale, l’envoyé spécial du journal raconte avoir perçu «la fracture profonde qui déchire le pays entre les partisans de la famille Gnassingbé, au pouvoir depuis 50 ans, et leurs opposants», qui refusent le projet de réforme de la Constitution, qui permettrait, sous couvert de limiter les mandats présidentiels, à Faure Gnassingbé d’en briguer deux nouveaux à partir de 2020. D’après La Croix, c’est à partir de Sokodé, où la répression des premières manifestations a été brutale, que la protestation aurait ensuite gagné le sud du pays, traditionnellement hostile au palais présidentiel. «De Lomé à Sokodé, raconte La Croix, une même clameur s’élève désormais: «Gnassingbé, dégage!»».

Un mot, pour terminer, de cette nouvelle version de l’opéra «Carmen» donnée à l’opéra de Florence, le week-end dernier. Dans la version originale de Bizet, l’héroïne, une jeune Gitane aux mœurs dites légères, qui chante «l’amour est enfant de Bohème», meurt poignardée par son amant jaloux. Une fin dramatique que les producteurs de l’opéra de Florence ont décidé de changer. Dans leur version, Carmen ne meurt pas sous les coups de celui qu’elle aime, mais le tue d’un coup de pistolet - un changement destiné à sensibiliser le public aux violences faites aux femmes. Tout cela reste tout de même très sanguinolent. Pourquoi ne pas plutôt transformer carrément Carmen en Cendrillon ou en Blanche-Neige, qui finissent par vivre heureuses? Lu dans The Telegraph.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

16/07/2018 Clément BONNEROT

Les Bleus champions du monde : "Un bonheur éternel"

À la une de la presse, lundi 16 juillet, la victoire de la France en Coupe du monde de football, l'euphorie des joueurs et des supporters, les larmes des Croates et la fierté de...

En savoir plus

13/07/2018 Clément BONNEROT

"Elle est à nous" : les Croates optimistes avant la finale du Mondial-2018

Dans cette deuxième revue de presse du vendredi 13 juillet, la "relation spéciale" entre le Royaume-Uni et les États-Unis, mise à mal par Donald Trump, le scandale du "dirty...

En savoir plus

13/07/2018 Clément BONNEROT

Trump au Royaume-Uni : "Une visite très peu diplomate"

À la une de la presse ce vendredi 13 juillet, la visite très controversée de Donald Trump au Royaume-Uni, le désarroi des opposants à Bachar al-Assad après la reprise par l'armée...

En savoir plus

12/07/2018 REVUE-DE-PRESSE

"Coupe du monde : génération 2018"

À la une de la presse jeudi, cette vague bleue qui souffle sur la France, 20 ans après la victoire au Mondial-1998. Deux décennies plus tard, les hommes ont changé mais la...

En savoir plus

12/07/2018 REVUE-DE-PRESSE

"Chine, Otan : la nouvelle charge de Trump"

Dans la presse, les débats portent jeudi sur le sommet de l'Otan où souffle un froid glacial venu des États-Unis, avec la charge de Donald Trump contre ses alliés, en particulier...

En savoir plus