Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

Scandale Odebrecht: déchéance du vice-président d'Equateur confirmée

© AFP | Le président équatorien Lenin Moreno (c) à Quito le 3 janvier 2018

QUITO (AFP) - 

Le chef de l?État équatorien Lenin Moreno a confirmé mercredi que son vice-président, Jorge Glas, était déchu de sa fonction du fait de son emprisonnement pour avoir perçu des pots-de-vin du groupe brésilien de BTP Odebrecht.

"En conformité avec ce que prévoit la Constitution, le vice-président de la République Jorge Glas est démis de ses fonctions", a déclaré M. Moreno à la presse depuis le palais présidentiel, ajoutant que la loi lui donnait 15 jours pour présenter au Parlement une liste de candidats au poste.

Il a ajouté qu'il prendrait "beaucoup moins de temps parce que le pays ne peut se passer de vice-président".

Jorge Glas, 48 ans, plus haut responsable politique en activité d'Amérique latine condamné dans ce vaste scandale de corruption, est déchu automatiquement de son poste du fait de son absence depuis plus de trois mois. Il a été placé en détention préventive le 2 octobre.

Le 13 décembre, il a été condamné à six ans de prison pour avoir perçu 13,5 millions de dollars de pots-de-vin d'Odebrecht.

La Constitution prévoit que dans un tel cas, le Congrès élise dans les 30 jours un remplaçant à la majorité de 69 des 137 députés, à partir d'une liste de candidats désignés par le chef de l'Etat, faute de quoi la première personne de la liste sera considérée comme élue.

Depuis la prise de fonction en mai de M. Moreno, la mouvement socialiste Alianza Pais (AP, au pouvoir) est divisé entre ses partisans et ceux de son prédécesseur, le charismatique mais polémique Rafael Correa, resté dix ans à la présidence.

M. Glas, élu en tandem avec l'actuel chef de l'Etat, affirme qu'il est innocent.

Proche allié de M. Correa, vice-président depuis 2013 et en charge de secteurs stratégiques au gouvernement depuis 2017, il se dit victime d'une chasse aux sorcières. En parallèle à l'enquête du Parquet, M. Moreno lui avait retiré tous ses privilèges et responsabilités de vice-président dès le mois d'août.

© 2018 AFP