Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Helsinki : Et Trump céda à Poutine...

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival d'Avignon : les questions de genre sur le devant de la scène

En savoir plus

FOCUS

Le bois de chêne menacé en France ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Retour triomphal des Bleus : "Une histoire de France"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Rencontre avec Poutine : la "trahison ouverte" de Trump

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Mondial-2018 : la sacre des Bleus profite à la Française des Jeux

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Avec L'Impératrice, la "French touch" fait des petits

En savoir plus

FOCUS

Malgré les accusations de corruption et le blocus, le Qatar tient à son Mondial-2022

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Coupe du monde 2018 : la France affrontera la Croatie en finale

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 04/01/2018

"En Allemagne, un rapport lie la hausse de la criminalité à l'immigration"

© France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 4 janvier, la façon dont le pouvoir tenterait de "siffler la fin de la récréation" en Iran. La révolte des intouchables en Inde. Un rapport sur l’immigration en Allemagne. Et un livre-choc sur Donald Trump.

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

Au menu de cette revue de presse internationale, la déclaration du chef des pasdaran, les «gardiens de la révolution» iraniens, qui a annoncé, hier, «la fin de la sédition», après plusieurs jours de manifestations contre le pouvoir.

 

Alors que le mouvement a fait une vingtaine de morts, et entraîné des centaines d’arrestations, «les pasdaran sifflent la fin de la partie», annonce L’Orient Le Jour, qui montre, à la une, l’image d’une manifestation de soutien au régime à Najafabad, au cours de laquelle des slogans tels que «Mort à l’Amérique» et «Mort à Israël» ont été lancés. Les manifestants pro-régime ont aussi condamné les «fauteurs de troubles», selon The Tehran Times, qui critique la «vision occidentale consistant à représenter la République islamique comme une nation dont le peuple chercherait toujours à se dresser contre ses dirigeants oppresseurs». A-travers cette «vision occidentale», le quotidien iranien évoque surtout les critiques de l’Administration Trump contre le régime. The Washington Post présente comme les manifestants mobilisés contre lui comme les héritiers des contestataires de 2009. «Cette fois, nous ne resterons pas silencieux sur l’Iran», promet le quotidien, qui juge insuffisante la réaction de Donald Trump, critiqué pour avoir seulement, et tardivement, condamné la violence du régime à l’égard des manifestants – ce qui aurait «encouragé les tyranniques dirigeants iraniens à les réprimer plus brutalement encore», selon The Washington Post. L’annonce de «la fin de la sédition» marquera-t-elle la fin de ce qu’Al Arab présente comme «le printemps iranien»? Le quotidien panarabe de Londres espère encore qu’il n’en sera rien.

 

Manifestations également en Inde, où la communauté des intouchables a organisé plusieurs rassemblements, ainsi qu’une opération «ville morte» à Bombay, hier. Ces manifestations ont été déclenchées par des rixes, le 1er janvier, entre des militants d’extrême droite proches du parti au pouvoir, le BJP, et des membres de cette communauté - à l’issue de ces affrontements, un jeune intouchable est mort, provoquant une vague d’indignation, d’après The New Indian Express. Une indignation que ne partage visiblement pas The Times of India, qui juge, pour sa part, que les autorités indiennes n’ont pas réagi avec suffisamment de fermeté face aux intouchables, laissant leurs rassemblements dégénérer. «La police a regardé sans réagir les foules qui ont pris Bombay en otage», assène le journal.Pour comprendre les raisons de la colère de ceux qu’on appelle les «dalit» en sanskrit, il faut regarder du côté de la presse britannique. The Independent, notamment, explique que leur mobilisation est surtout liée, en réalité, à la déception des intouchables face au nouveau gouvernement issu du BJP – dont les discours sur le développement auraient réveillé leur espoir de bénéficier d’un progrès social, et d’accéder à de meilleurs emplois. «Ces rêves, aujourd’hui brisés», se seraient «transformés en colère», selon le journal, qui dit craindre des troubles plus importants encore dans les mois à venir.

 

A noter, également, la publication, en Allemagne, d’un rapport, qui devrait relancer les polémiques sur l'arrivée massive de migrants en Allemagne - plus d'un million depuis la mi-2015. Selon cette étude, citée par la télé publique allemande, la Deutsche Welle, et commandée par le gouvernement à un groupe d'experts, le nombre de crimes violents aurait augmenté de près de 10% en 2015 et en 2016 outre-Rhin, où plus de 90% de cette hausse est attribuée à de jeunes migrants. Ce rapport fait aussi apparaître que les réfugiés ayant fui des zones de guerre comme la Syrie sont moins susceptibles de commettre des crimes violents que les autres migrants ayant moins de chances de se voir accorder l'asile, l’un des experts ayant rédigé ce rapport, soulignant les énormes différences qui existeraient entre les différents groupes de réfugiés, en fonction de leur région d'origine et de leurs chances d'obtenir l'asile en Allemagne. Les demandeurs venant de zones de guerre, les mieux placés pour être autorisés à rester, semblant davantage chercher à éviter les problèmes.

 

Un mot, pour terminer, d’une autre publication, cette fois aux Etats-Unis - le livre-choc de l’éditorialiste Michael Wolff sur Donald Trump, qui cite, notamment, son ex-très proche conseiller Steve Bannon. Entre les deux ex-bons amis, la hache de guerre est définitivement déterrée, Bannon affirmant notamment dans ce livre que l’un des fils du président, Donald Trump Jr., a commis une "trahison" en rencontrant une avocate russe qui offrait des informations compromettantes sur Hillary Clinton. Une accusation parmi d’autres dans cet ouvrage totalement à charge contre Donald Trump, accusé, également, de n’avoir jamais voulu être président, comme le raconte un extrait publié par The <span><span><span><span><span>New York Magazine</span></span></span></span></span>. «Son but ultime n’a jamais été de gagner», assure Wolff, qui affirme que le locataire disait, durant sa campagne, vouloir devenir «l’homme le plus célèbre du monde», et assurait à sa femme, Melania, qu’il n’avait aucune chance de gagner…

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

17/07/2018 Sandrine GOMES

Retour triomphal des Bleus : "Une histoire de France"

À la une de la presse, mardi 17 juillet, le retour triomphal des Bleus après leur victoire au Mondial, acclamés à l'unisson car ils ont fait l'histoire. La joie du football...

En savoir plus

17/07/2018 Sandrine GOMES

Rencontre avec Poutine : la "trahison ouverte" de Trump

Les débats dans la presse s'intéressent ce mardi 17 juillet à la première rencontre bilatérale entre Donald Trump et Vladimir Poutine, lundi à Helsinki. Au vu de l'attitude du...

En savoir plus

16/07/2018 Clément BONNEROT

Les Bleus champions du monde : "Un bonheur éternel"

À la une de la presse, lundi 16 juillet, la victoire de la France en Coupe du monde de football, l'euphorie des joueurs et des supporters, les larmes des Croates et la fierté de...

En savoir plus

13/07/2018 Clément BONNEROT

"Elle est à nous" : les Croates optimistes avant la finale du Mondial-2018

Dans cette deuxième revue de presse du vendredi 13 juillet, la "relation spéciale" entre le Royaume-Uni et les États-Unis, mise à mal par Donald Trump, le scandale du "dirty...

En savoir plus

13/07/2018 Clément BONNEROT

Trump au Royaume-Uni : "Une visite très peu diplomate"

À la une de la presse ce vendredi 13 juillet, la visite très controversée de Donald Trump au Royaume-Uni, le désarroi des opposants à Bachar al-Assad après la reprise par l'armée...

En savoir plus