Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Princess Erika : le nouveau single d'une guerrière pacifique

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Migrations : les 28 à hue et à dia

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Manfred Weber, président du PPE, sur l'asile : "Sans solution européenne, tout finira dans le désordre"

En savoir plus

FOCUS

Les enfants volés de l'ex-RDA

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Guerre au Yémen : Paris organise une conférence humanitaire fin juin

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Migrations, sécurité et Brexit : les Européens réunis fin juin à Bruxelles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

L’État turc est "extrêmement faible", selon l'historien Edhem Eldem

En savoir plus

L’invité du jour

Turquie : "Des fraudes sont possibles, mais qui ne remettent pas en cause le résultat"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'économie turque en surchauffe

En savoir plus

Moyen-Orient

Aide financière aux Palestiniens : les États-Unis en tête

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 17/01/2018

Début janvier, le président américain Donald Trump a menacé de supprimer l’aide américaine aux Territoires palestiniens. Celle-ci arrive en tête des aides internationales dont l’économie palestinienne est fortement dépendante.

"Puisque les Palestiniens ne sont plus disposés à parler de paix, pourquoi devrions-nous leur verser des paiements massifs à l’avenir ?". Le 2 janvier, le président américain Donald Trump a menacé de supprimer l’aide américaine aux Territoires palestiniens, invoquant le "manque de volonté [de ses dirigeants] pour les négociations de paix" avec Israël. L’autorité palestinienne a en effet refusé de reprendre des négociations après la reconnaissance par la Maison Blanche de Jérusalem comme capitale de l’État hébreu.

Or le soutien financier de Washington est crucial pour les Palestiniens et pour l’Autorité palestinienne, présidée par Mahmoud Abbas, tant ils sont fortement dépendants des aides internationales directes, c'est-à-dire en direction des institutions locales, ou indirectes, au bénéfice de la population par l’entremise d’agences onusiennes ou d’ONG. Et ce en raison des restrictions israéliennes et des incertitudes liées à la situation géopolitique de la région qui pèsent sur l’économie palestinienne.

La remise en cause de cette aide par l’administration américaine, premier donateur en direction des Territoires palestiniens, avec 346 millions d'euros en 2016, pourrait engendrer de graves répercussions.

 

Première publication : 05/01/2018

  • DIPLOMATIE

    Donald Trump menace de suspendre l'aide financière aux Palestiniens

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L’administration Trump réexamine l'aide à la Palestine accordée par Obama

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)