Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Monsieur le président, traitez les migrants humainement !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Catherine Deneuve présente ses excuses aux victimes de violences sexuelles... mais maintient ses propos.

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique-viols présumés, non-lieu pour les soldats français soupçonnés

En savoir plus

LE DÉBAT

Révolutions arabes : que reste-t-il du vent de liberté ?

En savoir plus

FOCUS

Mexique : le trafic de médicaments, un nouveau fléau florissant

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sandra Nkaké, une artiste inclassable de retour avec un nouvel album

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donner sa chance à la Tunisie"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Carillion, la faillite d'un géant britannique du BTP

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Catherine Deneuve : "Je suis une femme libre"

En savoir plus

Economie

Twitter ne supprimera pas les propos polémiques des dirigeants politiques

© Archives AFP | Le réseau social a clarifié sa politique de modération concernant les comptes de dirigeants politiques, vendredi 5 janvier.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/01/2018

Twitter ne supprimera pas les comptes ou les messages de dirigeants politiques, même s'ils sont "controversés", a affirmé le groupe vendredi. Une réaction aux différentes polémiques entourant les tweets du président américain Donald Trump.

"Bloquer un dirigeant ou supprimer ses tweets controversés reviendrait à dissimuler des informations importantes auxquels les gens doivent avoir accès", a déclaré, vendredi 5 janvier, Twitter.  Le réseau social, qui a rappelé sa vocation à "faire avancer le débat public dans le monde", s'est engagé à ne pas supprimer les contenus des responsables politiques.

Twitter explique néanmoins "examiner les tweets de dirigeants en prenant en compte le contexte politique" et "appliquer [ses] règles d'utilisation en fonction" de cela.

Une réponse implicite aux polémiques autour de Donald Trump

Le groupe ne nomme aucun dirigeant en particulier mais répond implicitement aux nombreuses critiques appelant à supprimer les messages du président Trump, qui s'exprime quotidiennement au travers de tweets à la tonalité souvent agressive à l'encontre, notamment, d'autres pays ou d'autres dirigeants.

>> À lire sur France 24 : Rétro 2017 : une année de Trump en tweets et en polémiques

Dernier exemple marquant, Donald Trump a adressé le 2 janvier une menace à peine voilée au dirigeant nord-coréen : "Kim Jong-un vient d'affirmer que le 'bouton nucléaire est sur son bureau en permanence' [...] Informez-le que moi aussi j'ai un bouton nucléaire mais il est beaucoup plus gros et plus puissant que le sien, et il fonctionne!", avait-il tweeté.

Quelques heures plus tard, un groupe de militants baptisé "Resistance SF" avait projeté, sur la façade du siège de Twitter à San Francisco, ce slogan visant le patron fondateur du groupe Jack Dorsey : "@jack est #complice", pour protester contre le fait que Twitter laisse le président américain s'exprimer largement sur le réseau, alors même qu'il bloque régulièrement des comptes ou supprime des messages enfreignant ses règles d'utilisation (appels à la violence, apologie du terrorisme etc...).

Deux sénateurs démocrates ont également demandé le 4 janvier au patron des services américains de renseignement d'évaluer les risques que représentent pour la sécurité nationale des États-Unis les tweets de Donald Trump au sujet de la Corée du Nord.

Avec AFP

Première publication : 06/01/2018

  • JAPON

    Japon : le tueur en série trouvait ses victimes sur Twitter

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le compte Twitter de Donald Trump suspendu pendant quelques minutes

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Campagne américaine : les comptes russes ont inondé les réseaux sociaux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)