Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin qui ne fait pas l'unanimité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Sénat argentin rejette la légalisation de l'avortement

En savoir plus

LE DÉBAT

Proche-Orient : un nouvel affrontement est-il imminent entre Israël et le Hamas ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Israël interdit de territoire une vingtaine d'organisations appelant à son boycott

© Dominique Faget, AFP (archives) | Des manifestants appelant au boycott d'Israël lors d'une manifestation pro-palestinienne à Paris, durant l'été 2014.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/01/2018

L'État hébreu a publié dimanche une liste d'organisations, dont onze européennes, comme BDS France ou l'Association France-Palestine Solidarité, qui appellent au boycott d'Israël, et dont les membres sont interdits de territoire.

Le gouvernement israélien a publié dimanche une liste d'une vingtaine d’organisations qui appellent à son boycott et dont les membres sont interdits de territoire.

Parmi celles-ci, figurent onze organisations européennes, comme BDS France, Palestine Solidarity Campaign ou l'Association France-Palestine Solidarité. Israël accuse notamment le mouvement "Boycott, désinvestissements, sanctions" d'antisémitisme, ce que celui-ci, qui milite pour un boycott mondial de l'État hébreu, dément.

"La publication de cette liste est un pas supplémentaire dans la lutte contre les tentatives de délégitimer Israël et dont le but est la destruction de l'État d'Israël comme un état juif", a indiqué le ministre de la Sécurité intérieure et des Affaires stratégiques, Gilad Erdan, selon un communiqué de son bureau. "Aucun pays n'accepterait de laisser entrer sur son territoire des personnes qui veulent lui nuire", a-t-il ajouté.

"Aucun visa ou autorisation de séjour"

En mars, les députés israéliens avaient voté une loi interdisant l'entrée en Israël des partisans notamment du mouvement BDS, qui milite en faveur d'un boycott économique, culturel et scientifique d'Israël, jusqu'à ce que cesse l'occupation des Territoires palestiniens.

"Aucun visa ou autorisation de séjour (…) ne sera accordé à une personne n'étant ni un citoyen israélien ni un résident permanent si elle, ou l'organisation ou l'institution dans laquelle elle milite, a sciemment lancé un appel public à boycotter l'État d'Israël ou s'est engagée à prendre part à un tel boycott", précisait cette loi.

Le président israélien Reuven Rivlin a par ailleurs félicité la ministre norvégienne des Affaires étrangères Ine Eriksen Soreide, en visite en Israël, d'avoir "fait face aux organisations appelant au boycott d'Israël" dans son pays. "Le mouvement BDS contribue à augmenter la haine, et symbolise tout ce qui est opposé au dialogue, au débat et au progrès", a déclaré M. Rivlin, selon un communiqué de la présidence israélienne.

Avec AFP

Première publication : 08/01/2018

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    L'ONU créera une base de données des entreprises implantées dans des colonies israéliennes

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Boycott d'Israël : la top-modèle Bar Refaeli s'attaque à l'ex-chanteur des Pink Floyd

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Ces Israéliens qui boycottent le "Made in Israel" sur les produits des colonies

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)