Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Liberia : le président élu, George Weah prêt à relever les défis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Avec les réformes de Macron, la France sur le retour ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Trump, un an après : derrière l'euphorie, une économie fragile ?

En savoir plus

#ActuElles

#MeToo : la France entre exception culturelle et changement de génération

En savoir plus

FRANCE

Mort de Rémi Fraisse : la justice prononce un non-lieu pour le gendarme

© Pascal Guyot, AFP | Des manifestants réclament justice pour Rémi Fraisse, le 1er novembre 2014 à Montpellier.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/01/2018

Les juges d'instruction de Toulouse ont rendu une ordonnance de non-lieu, mardi, dans l'enquête sur la mort de Rémi Fraisse, jeune militant écologiste tué en 2014 sur le site du projet de barrage de Sivens (Tarn).

"La justice est aux ordres, la raison d'État de deux gouvernements successifs a prévalu alors qu'il n'y avait aucune raison, puisqu'il y a mort d'homme", a réagi Jean-Pierre Fraisse, le père de Rémi, jeune militant écologiste tué en 2014, à la suite du non-lieu prononcé par la justice envers le gendarme qui a tiré la grenade fatale, mardi 9 janvier à Toulouse.

"L'ordonnance de non-lieu était inévitable car personne n'avait été mis en examen (dans cette affaire), donc ce n'est pas réellement une surprise", a indiqué pour sa part l'avocat du gendarme concerné, Me Jean Tamalet. Les juges d'instruction ont ainsi suivi le réquisitoire du parquet de Toulouse en soulignant sur les fruits de l'instruction, qui concluaient à "un épouvantable accident".

Le jeune écologiste de 21 ans a été mortellement blessé dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014 par une grenade offensive au cours d'affrontements avec les forces de l'ordre, sur le site du barrage contesté de Sivens, dans le Tarn. Les forces de l'ordre se trouvaient alors face à "cinq opposants agressifs qui (jetaient) constamment toutes sortes de projectiles", selon le compte-rendu de la gendarmerie.

Le projet de barrage a depuis été abandonné, mais un autre, réduit de moitié, est à l'étude. Les zadistes qui occupaient le site, en ont été délogés le 6 mars 2015.

Avec AFP

Première publication : 09/01/2018

  • FRANCE

    Mort de Rémi Fraisse : le parquet requiert un non-lieu

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    90"POLITIQUE - Affaire Rémi Fraisse : le clash continue entre Cazeneuve et Mélenchon

    En savoir plus

  • FRANCE

    La LDH dénonce la violence policière dans son rapport sur la mort de Rémi Fraisse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)