Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Natalité: vers la fin de "l'exception française?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Grève générale au Bénin, mouvement contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

Asie - pacifique

Le journaliste pakistanais Taha Siddiqui annonce avoir échappé à une tentative d'enlèvement

© Capture d'écran, France 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/01/2018

Le journaliste pakistanais Taha Siddiqui affirme avoir échappé à une tentative de rapt à Islamabad. Le lauréat du prix Albert-Londres 2014, qui a collaboré avec France 24, est connu pour ses critiques visant les autorités militaires.

Un journaliste pakistanais connu notamment pour ses critiques à l'encontre des autorités militaires a déclaré, mercredi 10 janvier, avoir échappé de justesse à un enlèvement par des hommes armés.

Taha Siddiqui dirige le bureau de la chaine de télévision indienne WION (World is One News) à Islamabad et assurait, par ailleurs, des correspondances pour France 24 et d’autres médias.

Le lauréat du prix Albert-Londres de l'audiovisuel 2014 a annoncé sur Twitter avoir été agressé par un groupe d'une douzaine d'hommes alors qu'il était en route pour l'aéroport de Rawalpindi. Il a réussi à prendre la fuite, subissant de légères blessures au passage.

Il avait porté plainte l'année dernière pour harcèlement après avoir subi des pressions liées selon lui à ses positions critiques sur l'armée et les services secrets pakistanais.

"Impunité"

"C'est extrêmement inquiétant et cela renforce la crainte – exprimée depuis un moment déjà par les organisations des droits humains et de médias –- que le gouvernement du Pakistan considère la violence comme un outil pour gérer les voix dissidentes", a réagi Saroop Ijaz, le représentant de l'ONG Human Rights Watch au Pakistan. "C'est aussi un indice de l'impunité qui règne depuis longtemps, et qui a pris de l'ampleur récemment", a-t-il ajouté.

"Les attaques à l'encontre de Taha Siddiqui et d'autres journalistes pakistanais doivent faire l'objet d'une enquête immédiate et efficace de la part des autorités", a pour sa part réagi Amnesty International dans un communiqué.

Le Syndicat des journalistes d'Islamabad et de Rawalpindi a également indiqué avoir pris contact avec le ministre de l'Intérieur, Ahsan Iqbal, pour exiger une enquête sur la tentative d'enlèvement.

Des cas de disparitions forcées sont régulièrement signalés au Pakistan, en particulier dans les zones troublées frontalières de l'Afghanistan et dans la province instable du Baloutchistan (sud-ouest). Le pays se classe régulièrement parmi les plus dangereux pour les journalistes.

Avec AFP

Première publication : 10/01/2018

  • ÉTATS-UNIS

    Washington suspend l'aide à la sécurité allouée au Pakistan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Assassinat de Benazir Bhutto : dix ans après, les commanditaires restent inconnus

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Pakistan : plusieurs morts dans une attaque-suicide contre une église, revendiquée par le groupe EI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)