Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Guillaume Soro : "Je vais réfléchir" à une candidature à la présidentielle de 2020

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 10/01/2018

Des femmes défendent la "liberté d'importuner" au nom de la liberté sexuelle

© France 24

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 10 janvier, la publication des premiers témoignages des tortures infligées dans le prisons contrôlées par le groupe Etat islamique à Raqqa, en Syrie. La fin de la visite d’Emmanuel Macron en Chine, et celle qu’il débute aujourd’hui à Rome. L’hommage à Mariama, tuée par son conjoint à la fin du mois de décembre, en banlieue parisienne. Et une tribune à contre-courant de l’affaire Weinstein.

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

A la Une de la presse française, ce matin, la publication des premiers témoignages sur le régime de terreur qui a régné durant trois ans à Raqqa, l’ex-fief de l’organisation Etat islamique en Syrie.

 

Le groupe y avait notamment mis sur pied un «terrifiant système carcéral», d’après la Croix, qui livre plusieurs récits d’anciens prisonniers - une plongée «dans les geôles de Daech», où la torture aurait été pratiquée de façon quasi-systématique. A l’été 2014, Hussein a passé trois mois et 17 jours dans la prison de Tabqa, dans la banlieue de Raqqa, un lieu surnommé la «Tour de la mort», où cet homme de 39 ans dit avoir été torturé sans interruption durant les sept premiers jours. «La torture, dit-il, c’était pire que la mort». Il raconte avoir subi le «sabeh», qui veut dire «fantôme» en arabe, suspendu les mains et les pieds attachés dans le dos, battu jusqu’au sang. Mille fois, dit Hussein, il s’est vu mourir, avant de finir par avouer ce qu’on voulait lui faire dire, qu’il avait volé 190 euros à une femme. Le groupe lui aurait pris alors sa voiture, son argent, avant de le relâcher. Mais tous les prisonniers n’ont pas eu cette «chance», rappelle la Croix, qui cite Amer Matar, un jeune Syrien de 31 ans, qui a créé une page Facebook et Twitter pour recenser les disparus du groupe Etat islamique et qui accuse «les forces kurdes et la coalition qui ont libéré Raqqa» de n’avoir «rien à faire» de ces disparus – qu’il évalue à «au moins plusieurs milliers» de personnes.

 

A la Une également, la visite d’Emmanuel Macron en Chine, qui s’achève aujourd’hui. Cette visite, destinée officiellement à «rééquilibrer» les relations avec Pékin, ne met pas un terme à certaines inquiétudes – notamment celles de Libération sur les ambitions des géants du Net chinois. «Aussi puissantes que Google, Apple, Facebook ou Amazon, les sociétés chinoises lorgnent désormais le marché européen», écrit le journal, angoissé par «les envies d’Europe des ogres du Net chinois» et le fait que la Chine n’ait pas encore eu à choisir «entre protectionnisme d’Etat et concurrence sauvage», parvenant à «tirer profit à son avantage d’une mondialisation asymétrique». A voir aussi avec le dessin de Willem, qui montre Xi Jinping déroulant les nouvelles routes de la soie - des routes «en deux sens», espère le président français. «Si on veut», répond le président chinois. Emmanuel Macron aurait fait cette confidence sur le fameux «rééquilibrage» des relations avec Pékin, avant son départ pour la Chine: «je crains que cette bataille ne soit déjà perdue» - une confidence citée par l’Obs.

 

De retour de Chine, Emmanuel Macron s’arrête aujourd’hui et demain à Rome, en Italie. Le but de cette visite serait, cette fois, de «réchauffer» une relation franco-italienne dégradée par la crise migratoire. L’Opinion évoque une question dont les partis populistes italiens espèrent tirer parti lors des élections générales du 4 mars prochain. A Palerme, à Catane et Sutera, en Sicile, la population serait pourtant loin de voir les migrants comme une menace, d’après Libération, qui raconte les efforts des habitants pour faciliter l’intégration de ces arrivants perçus comme une chance pour une île touchée de plein fouet par la désertification et le chômage. «Depuis que je suis maire (de Palerme) et que la mafia ne gouverne plus la ville, une chose extrêmement belle est arrivée: nous avons été envahis par les immigrés», s’enthousiasme Leoluca Orlando, le maire de la capitale sicilienne.

 

A noter également, l’hommage de l’Humanité à Mariama, une jeune femme défenestrée par son mari, dans la nuit du 29 au 30 décembre, en banlieue parisienne. «Après son meurtre, comment lutter contre les féminicides?», s’interroge le journal, qui rappelle que le nom de Mariama vient s’ajouter «au décompte macabre des féminicides commis en France où une femme meurt tous les trois jours sous les coups d’un homme» - des violences «qui n’épargnent aucun milieu, aucune génération, aucune nationalité, ni aucune religion». «Violences symboliques, violences physiques: il ne faut rien laisser passer», prévient l’Huma.

 

C’est dans ce contexte, et dans le sillage du scandale provoqué par l’affaire Harvey Weinstein, qu’un collectif de 100 femmes, dont les actrices Ingrid Caven et Catherine Deneuve, a publié hier dans le Monde une tribune affirmant son rejet d’un certain féminisme, supposé exprimer une «haine des hommes». Un texte dont les auteures disent défendre «une liberté d’importuner», indispensable, selon elles, à la «liberté sexuelle», menacée par un puritanisme 2.0 tous azimuts. Cette tribune à contre-courant a provoqué une «vague d’indignation», d’après le Figaro, qui cite les réactions, notamment, du collectif Osez le féminisme, qui rappelle qu’une femme sur six sera agressée ou violée au cours de sa vie, et juge ce texte «révoltant, à rebours de la prise de conscience actuelle», et celle de l’actrice Asia Argento, l’une des premières à avoir dénoncé publiquement Harvey Weinstein, qui a vilipendé la façon dont Catherine Deneuve et d’autres femmes françaises auraient «montré au monde entier à quel point leur misogynie intériorisée les aurait lobotomisées jusqu’au point de non-retour». Asia Argento a aussi interpellé la secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, qui lui a répondu «ne pas avoir connaissance d’un homme qui aurait été renvoyé pour avoir touché le genou d’une femme par inadvertance en France».

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/07/2018 REVUE-DE-PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

À la Une de la presse vendredi, l’Élysée plus que jamais "dans la tourmente" avec l'affaire Alexandre Benalla, dans toute la presse française. Ce proche du président incarnerait...

En savoir plus

20/07/2018 Sandrine GOMES

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

Dans la presse ce vendredi 20 juillet, de nombreuses voix s'élèvent en Israël pour dénoncer le coup dur porté aux droits des minorités après le vote de la nouvelle loi...

En savoir plus

19/07/2018 Florent RODO

"Ortega Basta"

Au menu de cette revue de presse du 19 juillet, les violences qui se poursuivent au Nicaragua, la polémique qui touche un collaborateur d'Emmanuel Macron, les récits d'agressions...

En savoir plus

18/07/2018 Sandrine GOMES

"Donald Troll"

Au cœur des débats dans la presse ce mercredi 18 juillet, les futures relations post-Brexit avec l'UE qui continuent de diviser le camp conservateur britannique de plus en plus...

En savoir plus

18/07/2018 Sandrine GOMES

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

À la une ce mercredi 18 juillet, la presse française s'interroge : "Comment entretenir la flamme" après la victoire au mondial de Russie, tandis que le gouvernement est au pied...

En savoir plus