Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Princess Erika : le nouveau single d'une guerrière pacifique

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Migrations : les 28 à hue et à dia

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Manfred Weber, président du PPE, sur l'asile : "Sans solution européenne, tout finira dans le désordre"

En savoir plus

FOCUS

Les enfants volés de l'ex-RDA

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Guerre au Yémen : Paris organise une conférence humanitaire fin juin

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Migrations, sécurité et Brexit : les Européens réunis fin juin à Bruxelles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

L’État turc est "extrêmement faible", selon l'historien Edhem Eldem

En savoir plus

L’invité du jour

Turquie : "Des fraudes sont possibles, mais qui ne remettent pas en cause le résultat"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'économie turque en surchauffe

En savoir plus

Asie - pacifique

Chine : la pollution aux particules fines baisse mais uniquement à Pékin

© Greg Baker / AFP | Les femmes portent des masques lors d'une journée très polluée à Beijing le 26 décembre 2015.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/01/2018

La qualité de l'air à Pékin et dans sa région s'est améliorée l'an dernier mais la lutte contre la pollution atmosphérique est loin d'être gagnée à l'échelle de la Chine.

Le rapport publié par Greenpeace, jeudi 11 janvier, est sans appel. Si la qualité de l'air à Pékin et dans sa région s'est améliorée l'an dernier, la lutte contre la la pollution atmosphérique est loin d'être gagnée sur l'ensemble du territoire.

Le pays en est à sa cinquième année de "guerre contre la pollution" pour en finir avec les dégâts occasionnés par des décennies de croissance économique sans entraves, source d'importante pollution et par un système de chauffage domestique au charbon qui a fortement contribué à la pollution aux particules fines de l'air.

Une lutte contre la pollution volontaire mais...

La Chine s'est engagée à réduire de plus de 15 % la concentration moyenne de particules fines dans l'atmosphère entre octobre 2017 et mars 2018 dans 28 villes. L'année dernière, la pollution atmosphèrique a baissé de 4,5 % à Pékin et sa région mais cela reste le plus faible recul depuis 2013. La lutte contre la pollution est concentrée sur la capitale et ses environs et d'ailleurs, d'aprés les chiffres compilés par Reuters, la différence entre Pékin et les 27 autres villes est significative. Dans la capitale, le taux de PM2.5 (particules fines dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres) a baissé de 53, 8 % au cours du dernier trimestre de 2017 alors qu'il est souvent en hausse ailleurs dans le pays. 

Pékin s'était fixé comme objectif en 2017 de ramener le taux de particules fines dans l'air à moins de 60 microgrammes par mètre cube, sachant que le seuil maximum de tolérance fixé par L'Organisation mondiale de la santé (OMS) est à 10 microgrammes par mètre cube, soit 6 fois moins. La Chine se donne jusqu'à 2035 pour baisser son taux de particules fines à 35 microgrammes, ce qui reste encore supérieur aux recommandations de l'OMS. 

Avec AFP

 

Première publication : 11/01/2018

  • ENVIRONNEMENT

    Environnement : l'avertissement de 15 000 scientifiques face à la dégradation de la planète

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    La pollution responsable d'une mort sur six dans le monde en 2015

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    Les émissions mondiales de CO2 repartent à la hausse en 2017

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)