Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

Le couteau, nouvelle arme de prédilection des gangs londoniens

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 11/01/2018

"La néfaste politique des bons sentiments"

© France 24

Au menu de cette revue de presse française, jeudi 11 janvier, le troisième anniversaire des manifestations du 11-Janvier, les réactions à la politique migratoire d’Emmanuel Macron, en Italie et en France. L’épineuse question du contrôle des chômeurs. Et des nouvelles de Thomas Pesquet.

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

Au menu de cette revue de presse française, le troisième anniversaire des manifestations du 11-Janvier, un événement inédit, qui avait fait descendre dans les rues de France près de 4 millions de personnes, contre le terrorisme, et pour la liberté d’expression.

 

Cet événement a depuis suscité beaucoup de débats, sur qui y était ou qui n’y était pas, sur le sens à donner à cette mobilisation. Trois ans après, le Huffington Post a plutôt choisi de partager, tout simplement, les témoignages de quelques uns de ceux qui sont descendus dans la rue. Des récits trouvés sur la page Facebook «Raconte ton 11-Janvier», créée il y a trois jours par Ahmed Meguini, un militant laïc, membre du Comité Laïcité République, qui dit se souvenir d’avoir été animé, lui et ceux qu’il a rencontrés ce jour-là, «de puissants sentiments de chagrin, d’amour et de tendresse». «Nous étions serrés les uns contre les autres, personne ne pouvait bouger, certains étouffaient, mais aucune violence ne s’est manifestée». D’autres évoquent l’étrange silence qui avait envahi les rues et la force retrouvée ce jour précis, après avoir été abasourdis.

 

A noter également, le quatrième sommet des pays riverains de la Méditerranée, le Med7, qui se tient en ce moment à Rome. D’après le Figaro, les 7 pays qui participent à ce sommet, la France, l’Italien, l’Espagne, le Portugal, la Grèce, Malte et Chypre, ont discuté hier soir de la refonte du règlement de Dublin, qui établit que le premier pays européen dans lequel les migrants arrivent, doit être le pays d’accueil, et des efforts pour contenir les départs d’Afrique subsaharienne - deux sujets épineux, selon le Huffington Post, qui affirme que l’Italie est toujours «débordée par le flux de migrants», avec une hausse entre janvier et juin 2017 de 25% du nombre des arrivées, soit plus de 60 000 migrants. Or si la France et l'Europe soutiennent financièrement les pays en première ligne, comme l’Italie mais aussi la Grèce, ces derniers attendraient «plus», d’après le site, qui rappelle que «la réputation d'Emmanuel Macron a d'ailleurs déjà souffert en Italie», à cause de sa politique migratoire «très stricte». «Contraint de tenir son agenda intérieur, le président n'aurait plus beaucoup de marge de manœuvre pour tenter d'apaiser les tensions avec l'Italie», explique le Huffington Post, en relevant que le chef de l'État a «beaucoup durci sa ligne sur la question de l’accueil des réfugiés en France, après avoir vanté, durant sa campagne, la générosité d'Angela Merkel». Un changement que le site estimé lié, notamment, aux «récentes déconvenues électorales de la chancelière».

 

En France, le projet de loi sur l’asile et l’immigration, qui est en préparation, suscite aussi beaucoup de critiques. Celles, en tout cas, de la gauche associative et d’une partie de la majorité », d’après le Figaro – qui applaudit le choix d’Emmanuel Macron de «garder le cap». «Quand on apprend la mort de migrants en Méditerranée, l’émotion pousse à la générosité. Mais pour que cette tragédie cesse, la raison commande d’en finir avec la néfaste politique des bons sentiments», écrit le journal, dont l’analyse est diamétralement opposée à celle de l’Obs, qui fustige le «double discours d’Emmanuel Macron», accusé de pratiquer «des discours humanistes», mais «une politique minimaliste» - dans la droite ligne de ce qui est présenté comme «une hypocrisie française». «D’un côté un président de la République, qui en juin 2017, aux premiers jours de son mandat, considérait qu’il fallait «accueillir les réfugiés», car il en allait de «l’honneur de la France», de l’autre un ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, qui, quelques mois plus tard, signe une circulaire pour contrôler les «bons» et «mauvais» migrants dans les centres d’hébergement», critique l’Obs.

 

Le gouvernement a aussi annoncé, par ailleurs, sa volonté de renforcer le contrôle des demandeurs d’emploi. Ce dossier sera abordé aujourd’hui par les syndicats et le patronat, réunis pour leur première réunion de négociation sur l’assurance-chômage - la question suscite l’ironie de 20 minutes: «petites fraudes, grandes manœuvres»: d’après le journal, la fraude qui touche Pôle emploi resterait tout à fait «marginale». Le Parisien évoque «un dossier à risques», et un «vieux serpent de mer». «Le sujet hautement inflammable du demandeur d’emploi présumé fainéant est revenu au centre des débats», écrit le quotidien, en rappelant la «petite bombe» lancée par le patron des patrons, Pierre Gattaz, qui a récemment déclaré qu’il fallait surveiller les chômeurs sur leur recherche d’emploi, «peut-être par un contrôle journalier», afin que ces derniers ne refusent pas à plusieurs reprises des «offres raisonnables».

 

Un mot, pour terminer, des projets pour 2018 de Thomas Pesquet. Le Huffington Post nous apprend que le spationaute français a annoncé hier avoir entamé une formation pour piloter l’Airbus «Zéro-G», spécialisé dans les vols recréant les conditions de l’orbite spatiale. Un retour en apesanteur, après les six mois à bord de la station spatiale internationale en 2016/2017 - une expérience dont il a dit qu’elle était «addictive, un peu comme une drogue». «Une fois qu’on y a goûté, a-t-il déclaré, on a envie d’y retourner rapidement».

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/07/2018 REVUE-DE-PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

À la Une de la presse vendredi, l’Élysée plus que jamais "dans la tourmente" avec l'affaire Alexandre Benalla, dans toute la presse française. Ce proche du président incarnerait...

En savoir plus

20/07/2018 Sandrine GOMES

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

Dans la presse ce vendredi 20 juillet, de nombreuses voix s'élèvent en Israël pour dénoncer le coup dur porté aux droits des minorités après le vote de la nouvelle loi...

En savoir plus

19/07/2018 Florent RODO

"Ortega Basta"

Au menu de cette revue de presse du 19 juillet, les violences qui se poursuivent au Nicaragua, la polémique qui touche un collaborateur d'Emmanuel Macron, les récits d'agressions...

En savoir plus

18/07/2018 Sandrine GOMES

"Donald Troll"

Au cœur des débats dans la presse ce mercredi 18 juillet, les futures relations post-Brexit avec l'UE qui continuent de diviser le camp conservateur britannique de plus en plus...

En savoir plus

18/07/2018 Sandrine GOMES

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

À la une ce mercredi 18 juillet, la presse française s'interroge : "Comment entretenir la flamme" après la victoire au mondial de Russie, tandis que le gouvernement est au pied...

En savoir plus