Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"7 minutes contre le Franc CFA"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

La Grèce peut-elle couper le cordon financier avec l'UE sans danger ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Une choc du Time sur les séparations des familles de migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Élections en Turquie : Recep Tayyip Erdogan menacé ?

En savoir plus

POLITIQUE

Migrants aux Etats-Unis : Donald Trump recule sur la séparation des familles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

En savoir plus

FOCUS

France : le fléau des déchetteries sauvages

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Universités françaises : la compétition internationale "pas forcément négative"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fête de la musique : Arat Kilo, au carrefour des influences

En savoir plus

Transfert: Arsenal réfléchit déjà à l'après-Sanchez

© AFP/Archives | Alexis Sanchez avec Arsenal contre Chelsea en demi-finale de la Coupe d'Angletrerre, le 10 janvier 2018 à Stamford Bridge

LONDRES (AFP) - 

La vie post-Sanchez se prépare à Arsenal. Même si le joueur chilien, convoité par plusieurs clubs anglais, n'est pas encore parti et que "rien de concret" n'a émergé, Arsène Wenger est bien obligé de réfléchir à cette éventualité.

Vendredi, le coach des "Gunners" a une nouvelle fois répété qu'il n'y avait rien à annoncer concernant le futur d'Alexis Sanchez, dont le contrat arrive à terme en juin.

Malgré tout, son départ apparaît inéluctable, Arsenal ayant déjà prévenu qu'il n'aurait pas les moyens de s'aligner sur les offres proposées par les différents prétendants souhaitant accueillir le Chilien de 29 ans, selon les médias.

Wenger a donc prévenu qu'il ne laisserait partir sa vedette qu'à condition de lui avoir trouvé un remplaçant.

"Alexis est un joueur exceptionnel, de stature mondiale, et s'il partait, nous devrions trouver un nouvel équilibre au niveau de l'équipe", a expliqué l'entraineur en conférence de presse.

Selon la presse anglaise, Sanchez est convoité par les frères ennemis de Manchester. City, qui avait déjà tenté de l'attirer cet été sans succès, serait prêt à mettre sur la table 20 millions de livres (environ 22,5 M EUR), et Manchester United serait lui prêt à surenchérir autour des 25 millions de livres (environ 28 M EUR) pour l'emporter sur son rival.

Interrogé sur ces rumeurs, Wenger s'est contenté de répondre que "rien de concret n'avait été proposé pour le moment".

- "Nous verrons" -

Questionné sur d'éventuelles propositions de la part de ManU, le technicien français est resté évasif. "C'est vous qui concluez ça (...) Ce n'est pas que je refuse de vous informer, c'est juste que je ne veux pas vous donner de fausses informations, et pour le moment, tout ce que je peux dire c'est que rien n'a été décidé que ce soit dans un sens ou dans l'autre".

Wenger a toutefois reconnu que s'il y avait un jeu de surenchères entre plusieurs clubs pour acquérir Sanchez, cela pourrait servir les avantages d'Arsenal, tout en ajoutant que ce n'est pas le cas à l'heure actuelle.

"Normalement, il devrait rester jusqu'à la fin de la saison, mais nous verrons", a ajouté le technicien français.

Dans tous les cas, "évidemment, je souhaiterais une résolution rapide", a précisé Wenger, qui doit également faire face au départ probable d'un autre de ses attaquants, Theo Walcott, pour lequel Everton a confirmé vendredi son intérêt.

"Pourra-t-on trouver un joueur exactement de la même trempe (que Sanchez) pour le remplacer ? Bien sûr que non, mais il y a toujours moyen de trouver un nouvel équilibre", a expliqué Wenger.

Le nom de l'attaquant brésilien de Bordeaux, Malcom, et celui du joueur de Monaco Thomas Lemar ont notamment circulé, comme possibles remplaçants pour Sanchez.

Vendredi, Wenger a toutefois précisé que concernant Malcom, "pour l'instant, nous ne sommes pas sur ce dossier".

Mais au-delà de ces questions de transferts, ce qui préoccupe l'entraineur des Gunners, c'est surtout la rencontre contre Bournemouth dimanche.

Wenger, qui y reprendra sa place au bord du terrain après trois matches de suspension, sait qu'elle sera particulièrement scrutée, après l'élimination décevante dimanche d'Arsenal au 3e tour de la Coupe d'Angleterre face à Nottingham Forest (D2).

Actuellement 6e du championnat d'Angleterre, le club londonien se bat pour conserver son rang et sa place en Europa League. Avec pour objectif de conquérir une place en Ligue des Champions l'an prochain, réservée aux seuls quatre meilleurs de Premier League.

© 2018 AFP