Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestation de l'opposition sénégalaise contre un projet de réforme électorale controversé

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Autocars : quand la grève à la SNCF fait recette

En savoir plus

LE DÉBAT

Réformes en France : vers une convergence des luttes ?

En savoir plus

POLITIQUE

Visite d'Emmanuel Macron à Washington : Que peut-il espérer de cette rencontre avec Donald Trump ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sting : "Avec Shaggy, on a presque oublié qu'on enregistrait un disque!"

En savoir plus

FOCUS

Face à une crise des déchets qui s’éternise, des Libanais se mobilisent

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

En savoir plus

L’invité du jour

Martine Landry : "On ne demande pas à accueillir toute la misère du monde mais à prendre notre part"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Rencontre Macron-Merkel à Berlin : une feuille de route pour réformer la zone euro ?

En savoir plus

Amériques

Donald Trump qualifie Haïti et des nations africaines de "pays de merde"

© Saul Loeb, AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/01/2018

Selon plusieurs médias américains, Trump a qualifié Haïti, le Salvador et des nations africaines de "pays de merde", lors d'une réunion à la Maison Blanche. L'intéressé a avoué avoir eu des propos durs, mais nie avoir utilisé cette expression.

Donald Trump ne s’emporte pas uniquement sur Twitter. D’après le Washington Post, alors qu’il présidait une réunion à la Maison Blanche jeudi 12 janvier, le président américain se serait laissé aller à quelques propos indélicats sur Haïti ainsi que plusieurs nations africaines qu’il a qualifiés de "pays de merde" ("shithole countries").

>> À lire : "Vexé par les critiques, Donald Trump se qualifie de 'génie très stable' "

"Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ?", a demandé le président lors des discussions, selon le quotidien qui cite plusieurs sources anonymes. Selon elles, Donald Trump faisait référence à des pays d'Afrique, ainsi qu'à Haïti et au Salvador, expliquant que les États-Unis devraient plutôt accueillir des ressortissants de la Norvège, dont il a rencontré la Première ministre la veille.

"Des propos durs"

Vendredi, le président américain a laissé entendre qu'il n'avait pas utilisé cette expression : "Le langage que j'ai utilisé lors de la réunion était dur, mais ce ne sont pas les mots utilisés", a-t-il rectifié sur son compte twitter.

Sollicitée jeudi soir sur ces propos, la Maison Blanche n'avait pas contesté ni démenti, soulignant simplement, dans un bref communiqué, que Trump se battrait "toujours pour les Américains".

>> À lire sur France 24 : "États-Unis : Plus de 200 000 Salvadoriens menacés d'expulsion"

Ces propos ont suscité une vague d'indignation aux États-Unis et à travers le monde. Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme (HCDC) a jugé que, s'ils étaient confirmés, ces propos étaient "choquants et honteux" de la part du président des États-Unis.

"Le président est un raciste"

Dans une longue série de tweets, Trump a par ailleurs une nouvelle fois défendu vendredi sa fermeté sur l'immigration : "Je veux un système d'immigration fondé sur le mérite et des gens qui aideront notre pays à aller de l'avant, a-t-il écrit. Je veux la sécurité pour notre peuple".

Membre du Congrès, le démocrate Luis Gutiérrez a réagi en déclarant : "Nous pouvons dire maintenant avec 100 % de certitude que le président est un raciste qui ne partage pas les valeurs inscrites dans notre Constitution". Sa collègue républicaine Mia Love, d'ascendance haïtienne, a jugé pour sa part "désobligeants" et "clivants" les propos présidentiels et a demandé des excuses.

Avec AFP

Première publication : 12/01/2018

  • ÉTATS-UNIS

    Climat : Donald Trump n'exclut pas un retour des États-Unis dans l'accord de Paris

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Nomination des juges : Trump cherche à séduire l'électorat évangélique

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : un juge bloque l'abrogation du programme DACA de protection des jeunes migrants clandestins

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)