Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Liberia : le président élu, George Weah prêt à relever les défis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Avec les réformes de Macron, la France sur le retour ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Trump, un an après : derrière l'euphorie, une économie fragile ?

En savoir plus

#ActuElles

#MeToo : la France entre exception culturelle et changement de génération

En savoir plus

La justice argentine ordonne la remise en liberté d'un ex-vice-président de Kirchner

© TELAM/AFP/Archives | L'ex-vice-président argentin Amado Boudou au cours de sa détention à Buenos Aires le 3 novembre 2017

BUENOS AIRES (AFP) - 

La justice argentine a ordonné vendredi la remise en liberté d'Amado Boudou, vice-président de Cristina Kirchner de 2011 à 2015, placé en détention préventive début novembre dans une affaire d'enrichissement illicite et blanchiment.

La Cour fédérale en matière criminelle et correctionnelle a ordonné que "la détention préventive" de M. Boudou "soit révoquée" et ordonné "sa libération immédiate".

"Ce n'est plus qu'une question d'heures avant qu'il ne recouvre la liberté", a déclaré son avocat, Eduardo Durañona, à une télévision argentine.

Selon lui, l'ancien responsable sera transferé dans une résidence située dans le quartier de Barracas, à Buenos Aires.

M. Boudou, 55 ans, était théoriquement le deuxième personnage de l'État pendant le second mandat de Cristina Kirchner (2011-2015), mais son rôle était essentiellement protocolaire.

Les faits qui lui sont reprochés concernent la période où il était ministre de l'Economie (2009-2011).

Mme Kirchner elle-même a été mise en examen dans plusieurs affaires de malversations alors qu'elle présidait l'Argentine, de 2007 à 2015, tout comme un de ses ministres clé, Julio De Vido, également poursuivi pour corruption.

© 2018 AFP