Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Pitti Uomo, à Florence, le plus grand salon de mode masculine au monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Colin Firth : "Je ne travaillerai plus avec Woody Allen"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Un an de Trump à la Maison Blanche : quel bilan économique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, un an après"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États généraux de la bioéthique : le coup d'envoi est lancé

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les autorisations de coupe de bois suspendues après la tuerie en Casamance

En savoir plus

POLITIQUE

Notre-Dame-des-Landes : une décision moins risquée pour l’exécutif ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Après un an de Trump, "le progrès social est en panne aux États-Unis"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : sur le tapis rouge du dernier film de Spielberg, "Pentagon Papers"

En savoir plus

Allemagne: critiques au sein du SPD contre l'accord avec Merkel

© AFP | La chancelière allemande Angela Merkel serre la main du socio-démocrate Martin Schulz, après une conférence de presse commune à Berlin, le 12 janvier 2018

BERLIN (AFP) - 

Plusieurs responsables sociaux-démocrates allemands ont critiqué dimanche le projet d'accord gouvernemental tout juste conclu avec les conservateurs d'Angela Merkel, une semaine avant un congrès décisif de leur parti (SPD) sur cette alliance.

L'ébauche d'accord, qui doit permettre à l?Allemagne de sortir de plusieurs mois d'impasse politique suite aux élections légslatives, a été négociée et validée vendredi par la direction du SPD et des démocrates-chrétiens de la CDU et de la CSU.

Mais un congrès des délégués du SPD doit encore se prononcer le 21 janvier pour approuver le principe de cette alliance ou au contraire l'invalider, ce qui replongerait la première économie européenne dans l'incertitude.

Et les déclarations les plus récentes confirment que rien n'est acquis au sein du parti social-démocrate.

Le maire SPD de Berlin, Michael Müller, s'est dit "très critique" à l'idée d'une nouvelle coalition entre son mouvement et le centre-droit de la chancelière, dans une interview au Tagesspiegel.

Lors du scrutin législatif de septembre "il y a eu un vote clair des électeurs à l'encontre des deux partenaires de la coalition et donc refaire la même coalition avec la même politique ne constitue pas la réponse appropriée", a-t-il dit.

Tant le SPD que les conservateurs, déjà partenaires au sein du gouvernement de coalition sortant (2013-2017) ont enregistré de lourdes pertes lors des législatives, même si les démocrates-chrétiens d'Angela Merkel sont arrivés en tête.

Un autre dirigeant du SPD, Ralf Stegner, a lui annoncé que son parti voulait des améliorations dans le domaine social de l'ébauche d'accord conclue vendredi, alors qu'il faisait partie de l'équipe de négociateurs.

Le SPD entend notamment supprimer la possibilité existante pour les employeurs d'embaucher pendant un maximum de deux ans en CDD, et non en CDI, sans motif particulier pour justifier la limitation de la durée du contrat.

"Le SPD ne devrait entrer dans une coalition que si cette limitation sans justification est supprimée", a-t-il dit au quotidien Die Welt.

L'ébauche d'accord gouvernemental, qui doit permettre à l'Allemagne de sortir de plusieurs mois d'impasse politique suite aux élections légslatives, a été négociée et validée vendredi par la direction du SPD et des démocrates-chrétiens de la CDU et de la CSU.

Mais un congrès des délégués du SPD doit encore se prononcer le 21 janvier pour approuver le principe de cette alliance ou au contraire l'invalider, ce qui replongerait la première économie européenne dans l'incertitude.

© 2018 AFP