Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les djihadistes sont des traîtres à la nation"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Un ministère et une journée pour lutter contre la solitude

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Tunisie retirée de la liste noire de l'Union européenne sur l'évasion fiscale

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

En direct de Davos - Bertrand Badré : "L'heure est à l'optimisme, c'est là qu'il faut commencer à être prudent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Julien Dray : "Nous travaillons pour les GAFA, nous devons donc être rémunérés"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Julien Dray : "Inutile de se déclarer candidat avant le congrès, ce n'est pas un casting"

En savoir plus

FOCUS

Namibie : des communautés massacrées au début du 20e siècle demandent réparation à l’Allemagne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Dilma Rousseff : "Le procès de Lula est truffé d'erreurs"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mélanie Thierry bouleversante dans "La douleur"

En savoir plus

Bussereau se met "en congé de LR"

© AFP | L'ancien ministre juppéiste Dominique Bussereau à Bordeaux le 26 août 2017

PARIS (AFP) - 

L'ancien ministre juppéiste Dominique Bussereau a annoncé au Journal du Dimanche qu'il se mettait "en congé de LR" jusqu'à la campagne des européennes de 2019, regrettant dans sa famille politique des propos qui "pourraient être ceux du FN" et une absence d'"amour de l'Europe".

"J?ai décidé de prendre de la distance avec la politique partisane", a dit M. Bussereau, regrettant que, "après le séisme de 2017, les partis continuent à faire comme si rien ne s?était passé".

"Aujourd?hui, je ne peux que constater que les propos tenus par certains porte-parole des Républicains pourraient être ceux du FN", a-t-il ajouté, alors que les juppéistes refusent toute "porosité avec le Front national".

Estimant que le parti de droite, du temps où il s'appelait UMP, "c?était la CDU allemande?: un mouvement rassemblant les différentes sensibilités de la droite et du centre", le président de l'Assemblée des départements de France estime qu'aujourd'hui, "Les Républicains sont devenus la CSU, sa branche conservatrice et droitière", avec une proximité avec Sens commun, émanation de la Manif pour tous.

D'autre part, "je ne vois plus d?amour de l?Europe. En revanche, j?entends chez certains, comme (le vice-président de LR) Guillaume Peltier, des appels au nationalisme et à se refermer sur nous-mêmes", note M. Bussereau.

"J?ai le sentiment que la rupture est déjà faite à LR?: il n?y a plus de volonté d?être ardemment européen".

M. Bussereau a précisé qu'il n'entendait rejoindre ni les anciens LR "constructifs", rassemblés dans le parti Agir, ni La République en marche, mais qu'il "continuerai(t) à travailler" avec Valérie Pécresse et son mouvement Libres!, et Christian Estrosi et son mouvement La France audacieuse.

La présidente de la région Ile-de-France et le maire de Nice, tout en prenant leurs distances avec le président de LR Laurent Wauquiez, ont décidé de rester dans le parti.

"Je verrai au moment de la campagne des élections européennes, en fonction du choix de ses candidats et des idées qu?ils porteront, si je peux encore voter pour ma famille politique. Sinon, je passerai de la mise en congé au départ définitif", conclut M. Bussereau.

© 2018 AFP