Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Pendant le "shutdown", Donald Trump travaille "dur, dur, dur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après Poutine, les patrons à Versailles"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Liberia : le nouveau président, George Weah, prêt à relever les défis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Avec les réformes de Macron, la France sur le retour ?

En savoir plus

Le pape lance un nouvel appel à l'hospitalité pour la Journée mondiale des Migrants

© AFP | Le pape François lors d'une messe à la basilique Saint-Pierre de Rome, lors de la journée mondiale des migrants et réfugiés, le 14 janvier 2018

CITÉ DU VATICAN (AFP) - 

Le pape François a une nouvelle fois lancé dimanche un appel à l'hospitalité envers les immigrés estimant que "le péché était de renoncer à la rencontre avec l?autre", à l'occasion de la 104e Journée mondiale des migrants et réfugiés.

"Tout immigré qui frappe à notre porte est une occasion de rencontre avec Jésus-Christ, qui s?identifie à l?étranger de toute époque accueilli ou rejeté+", a déclaré le pape lors d'une messe solennelle célébrée dans la basilique Saint-Pierre de Rome.

"Il n?est pas facile d?entrer dans la culture des autres, de se mettre à la place de personnes si différentes de nous, de comprendre leurs pensées et leurs expériences", a dit le pape.

Pour Jorge Bergoglio, lui-même issu d'une famille d'émigrés italiens venus en Argentine, "nous renonçons souvent à rencontrer l?autre et nous élevons des barrières pour nous défendre".

"Les communautés locales ont parfois peur que les nouveaux arrivés perturbent l?ordre établi, +volent+ quelque chose de ce que l?on a construit péniblement", a-t-il dit.

"Les nouveaux arrivés aussi ont des peurs: ils craignent la confrontation, le jugement, la discrimination, l?échec. Ces peurs sont légitimes, elles se fondent sur des doutes parfaitement compréhensibles d?un point de vue humain", a-t-il ajouté.

Pour le pontife de 81 ans, "ce n?est pas un péché d?avoir des doutes et des craintes. Le péché, c?est de laisser ces peurs déterminer nos réponses, conditionner nos choix, compromettre le respect et la générosité, alimenter la haine et le refus. Le péché, c?est de renoncer à la rencontre avec l?autre".

Depuis le début de son pontificat en mars 2013, le pape a multiplié les prises de position fortes en faveur de l'accueil des réfugiés et des migrants.

Il s'était rendu quelques mois après son élection sur l'île italienne de Lampedusa, alors principale porte d'entrée des migrants.

En avril 2016, il était rentré d'une visite sur l'île grecque de Lesbos avec trois familles de réfugiés syriens musulmans à bord de son avion.

Le pape entamera lundi un voyage de huit jours sur son continent natal, en se rendant d'abord au Pérou, puis au Chili. Ce sera son 22e voyage à l'étranger.

© 2018 AFP