Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Pendant le "shutdown", Donald Trump travaille "dur, dur, dur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après Poutine, les patrons à Versailles"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Liberia : le nouveau président, George Weah, prêt à relever les défis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Avec les réformes de Macron, la France sur le retour ?

En savoir plus

Une citation de Trump sur Kim Jong-Un était erronée, affirme la Maison Blanche

© AFP | Le président américain Donald Trump montant à bord d'Air Force 1 à la base aérienne d'Andrews, aux Etats-Unis, le 12 janvier 2018

WASHINGTON (AFP) - 

Une citation du président américain Donald Trump parlant de sa bonne relation avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, dans une interview au Wall Street Journal, était erronée, a affirmé la Maison Blanche samedi soir.

La phrase citée par le Wall Street Journal ("Jai probablement une bonne relation avec Kim Jong-Un", qui pouvait laisser croire que les deux dirigeants étaient en contact) était en fait au conditionnel, selon la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Sanders.

"Le président a dit +J'aurais probablement une bonne relation avec Kim Jong Un. J'aurais - j'aurais - j'aurais. Pas j'ai+", a déclaré celle-ci sur Twitter, dans un message où les trois "j'aurais" ("I'D") étaient en majuscules et en rouge, tout comme son titre clamant "Fake news" (fausses nouvelles).

La Maison Blanche et le journal ont chacun publié sur Twitter l'enregistrement audio de la phrase pendant l'interview et il semblerait qu'effectivement la Maison Blanche ait raison, même si la phrase n'est pas clairement audible (en anglais, la différence est mince, entre "I have" et "I'd have").

"Le Wall Street Journal - encore des fake news - citation erronée du président", poursuivait Mme Sanders dans son tweet.

Washington et Pyongyang s'affrontent verbalement depuis des mois autour du programme nucléaire de Pyongyang et M. Trump a, à de nombreuses reprises, insulté le dirigeant nord-coréen, le traitant notamment de fou.

Dans l'interview au Journal, il a refusé de dire s'il avait déjà parlé avec M. Kim. "Je ne dis pas que je l'ai fait ou que je ne l'ai pas fait. Je ne souhaite simplement pas m'exprimer", avait-il déclaré.

Mais si le président américain s'est engagé depuis son arrivée au pouvoir dans une virulente joute verbale avec le leader nord-coréen qui a multiplié les essais nucléaires, il a changé sensiblement de ton au cours des dernières semaines.

Il y a quelques jours, il s'est félicité des discussions entre le Nord et le Sud. A l'issue de ces dernières, les deux pays ont convenu que Pyongyang allait envoyer une délégation aux JO d'hiver qui se tiennent à Pyeongchang du 9 au 25 février.

© 2018 AFP