Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Réformes en France : vers une convergence des luttes ?

En savoir plus

POLITIQUE

Visite d'Emmanuel Macron à Washington : Que peut-il espérer de cette rencontre avec Donald Trump ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sting : "Avec Shaggy, on a presque oublié qu'on enregistrait un disque!"

En savoir plus

FOCUS

Face à une crise des déchets qui s’éternise, des Libanais se mobilisent

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

En savoir plus

L’invité du jour

Martine Landry : "On ne demande pas à accueillir toute la misère du monde mais à prendre notre part"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Rencontre Macron-Merkel à Berlin : une feuille de route pour réformer la zone euro ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Sur l'Europe, "Macron et Merkel rentrent dans le dur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cuba tourne-t-elle vraiment la page de l'ère Castro ?

En savoir plus

Amériques

États-Unis : Donald Trump nie être raciste après ses propos sur les "pays de merde"

© Nicholas Kamm, AFP | Donald Trump s'est adressé au journal à son club de golf en Floride le 14 janvier 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/01/2018

Le président américain a assuré dimanche qu'il n'était "pas raciste", après que les médias ont rapporté qu'il considérait que l'immigration aux États-Unis se faisait en provenance "de pays de merde" tels que Haïti et les pays d'Afrique.

Malgré les propos que lui prêtent les médias sur l'immigration issue de "pays de merde", Donald Trump ne se considère pas comme raciste. Alors que le président américain dînait, dimanche 14 janvier, avec le chef de la majorité de la Chambre des représentants, dans son club de golf de West Palm Beach (Floride), un journaliste lui a posé la question sans détour.

"Je ne suis pas raciste. Je suis la personne la moins raciste que vous ayez jamais interviewée, je peux vous le dire", a répondu le milliardaire.

>> À voir : "Des propos inqualifiables et racistes"

Déjà vendredi, le 45e président des États-Unis avait affirmé dans un tweet n'avoir "jamais dit de mal des Haïtiens", après avoir nié l'utilisation de l'expression "pays de merde" pour qualifier Haïti lors d'une réunion sur l'immigration la veille.

"Le langage que j'ai utilisé lors de la réunion était dur mais ce ne sont pas les mots utilisés", affirmait également dans un autre tweet le milliardaire dans une formule alambiquée.

"Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ?", aurait demandé le président Trump lors des discussions jeudi, selon le Washington Post, citant plusieurs sources anonymes. Selon ces dernières, Donald Trump faisait référence à des pays d'Afrique ainsi qu'à Haïti et au Salvador, expliquant que les États-Unis devraient plutôt accueillir des ressortissants de la Norvège.

Un accord bipartisan sur les jeunes sans-papiers en sursis

Donald Trump a également déclaré dimanche qu'il essayait de conclure un accord sur l'immigration mais que ses adversaires démocrates n'étaient d'aucune utilité en la matière.

>> À lire : Céder à Trump pour sauver les Dreamers ? Le dilemme des démocrates

"Nous sommes prêts, désireux et capables d'obtenir un accord sur le Daca", a-t-il dit. Le programme Daca (Deferred Action for Childhood Arrival), hérité de l'administration de Barack Obama, permet à 690 000 jeunes immigrés de travailler et d'étudier aux États-Unis en toute légalité, bien qu'entrés illégalement dans le pays alors qu'ils étaient enfants.

"Je ne pense pas que les démocrates veulent le conclure. Les gens du Daca devraient savoir que les démocrates ne vont pas le conclure", a-t-il martelé.

En septembre, Donald Trump avait abrogé le programme et donné jusqu'au 5 mars au Congrès pour trouver un compromis.

Avec AFP

Première publication : 15/01/2018

  • ÉTATS-UNIS

    "Pays de merde" : les 54 ambassadeurs africains à l'ONU condamnent les propos de Donald Trump

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Donald Trump dément avoir qualifié Haïti de "pays de merde"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Céder à Trump pour sauver les Dreamers ? Le dilemme des démocrates

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)